30/12/2014 10:42
Le ministère des Communications et des Transports encourage les activités d’Uber mais l’entreprise doit respecter la loi vietnamienne. Précisément, Uber doit s'immatriculer au registre des sociétés. C'est ce qu'a indiqué le ministre Dinh La Thang, lors d’une récente réunion avec l’Inspection du ministère.
 
Uber utilise des voitures de luxe pour servir les utilisateurs de la carte Visa et de la Mastercard.
Photo : VNA/CVN


«La Constitution du Vietnam et les textes juridiques applaudissent et encouragent les entreprises à commercialiser tout ce que la Loi n’interdit pas. Le ministère des Communications
et des Transports gère le commerce des moyens de transport, non les services d’Uber. Si cette compagnie américaine fournit des services dans le secteur des transports, elle doit répondre aux conditions stipulées par la Loi. Précisément, Uber doit s’inscrire au registre du commerce», a indiqué le ministre Dinh La Thang.

Le ministère encourage les entreprises de transport à utiliser les nouvelles technologies dans leur gestion commerciale. Toutefois, il faut assurer la sécurité des consommateurs lorsqu’ils utilisent ces services.

Le Département des transports est chargé d’informer Uber de cette décision ministérielle. Uber doit également passer un accord avec les entreprises disposant d’une licence commerciale de transport et répondre aux questions portant sur les normes du véhicule, le personnel et les règlementations définies dans l’arrêté N°86 du 10 septembre 2014, pris par le gouvernement sur le commerce et les conditions de commerce avec une automobile. Le Département des transports va par la suite rédiger le rapport, le soumettre au gouvernement et répondre à l’Association des taxis du Vietnam sur la gestion d’Uber.

L’Inspection du ministère a pour rôle de contrôler régulièrement et arbitrairement les compagnies de transport utilisant les services d’Uber. Les entreprises travaillant avec Uber mais ne respectant pas la Loi seront sanctionnées.
 
 
Le vice-président du Comité national de la sécurité de la circulation, Khuât Viêt Hùng.
Photo : chinhphu/CVN 
Selon Khuât Viêt Hùng, vice-président du Comité national de la sécurité de la circulation, il existe au Vietnam six types de moyens de transport tarifaires que sont l’autobus, le taxi, l’autocar, la voiture de location, la voiture de tourisme et la voiture transportant des marchandises. Ainsi, Uber peut vendre ses technologies aux entreprises commercialisant ces six types de transport. Si Uber observe ces règlementations, ses activités seront légales.

«Le fait que le ministère des Communications et des Transports examine et révise les règlementations liées aux services d’Uber vise à orienter ses activités vers le respect de la Loi», a ajouté M. Hùng.

Le directeur général d'Uber Vietnam, Dang Viêt Dung, a fait savoir que Uber était une compagnie fournissant les bases technologiques. Uber Vietnam va réviser tous les véhicules en activité dans son réseau. Parallèlement, l’entreprise souhaite que le ministère crée des bases juridiques pour sa mise en service.
 
Duy Minh/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm