31/05/2015 23:14
En marge du 14e Dialogue de Shangri-La, sommet asiatique sur la sécurité, qui a lieu du 29 au 31 mai à Singapour, le général Nguyên Chi Vinh a accordé le 30 mai au correspondant de l'Agence Vietnamienne d'Information (VNA) une interview sur les problèmes relatifs notamment à la sécurité régionale au centre des débats, dont celui de la Mer Orientale.
>>Clôture du 14e Dialogue de Shangri-La à Singapour
>>Dialogue de Shangri-La : initiatives sur l'établissement de la sécurité régionale

Le général Nguyên Chi Vinh, vice-ministre vietnamien de la Défense, accorde une interview au correspondant de la VNA
Photo : Hai-Binh/VNA/CVN

"Le problème de la Mer Orientale suscite l'intérêt de toute la région et du monde", a affirmé le général de corps d'armée Nguyên Chi Vinh, vice-ministre vietnamien de la Défense.

Concernant les principaux thèmes soumis aux discussions lors du Dialogue de Shangri-La 2015, le général Nguyên Chi Vinh a souligné que les problématiques liées à la sécurité avaient été abordées de manière franche et directe tant sur l'aspect positif - le développement - que négatif - la menace à la sécurité. Dans la région, bien que la dominante actuelle reste à la paix, à la stabilité et au développement, avec les points positifs que cela implique, la situation régionale est en proie à des problèmes très diversifiés allant de la sécurité traditionnelle à celle non traditionnelle, ce en raison de l'instabilité mondiale. Tous les pays dans la région comme dans le monde s'inquiètent des défis de sécurité qui surgissent. Toutes les nations souhaitent participer et donner leurs avis pour lever autant que faire se peut les dangers liés à la sécurité, accroître le prestige de la région Asie-Pacifique et la rendre plus stable. Cependant, les paroles seules ne suffisent pas pour les aspirations de paix, de stabilité et de développement. Lors de ce Dialogue de Shangri-La, d'autres voix commencent à se faire entendre afin de passer du dialogue et des échanges à la coopération concrète.

Nguyên Chi Vinh a insisté sur les mesures pour que les structures de sécurité, des forums de sécurité, des opportunités de coopération puissent aboutir à la coopération concrète et garantir la levée - au minimum partielle - des danger relatifs à la sécurité.

Il a annoncé que le problème de la Mer Orientale a été abordé, à commencer par celui de la souveraineté entre les pays dans la région. Les discussions ont été axées plus largement autour du problème de la sécurité régionale et mondiale. Le Dialogue de Shangri-La 2015 s'inscrit donc dans la continuité des dialogues précédents.

Le problème de la Mer Orientale
suscite l'intérêt de tout le monde


Concernant les différends en Mer Orientale et les constructions de grande envergures menées ces derniers temps en Mer Orientale, le général Nguyên Chi Vinh a déclaré qu'en réalité, le problème de la Mer Orientale suscitait l'intérêt du milieu de la défense, des dirigeants et des chercheurs depuis longtemps. Si ce problème est abordé depuis le Dialogue de Shangri-La 2010, de nouvelles informations sur le changement du statu quo en Mer Orientale ont été officialisées quelques jours avant cette édition 2015, portant sur le fait que la Chine commence à militariser les îles semi-artificielles qu'elle a illégalement construites dans cette mer. Des informations qui ont mis en émoi les milieux militaires et les chercheurs. Il faut bien avoir conscience que ces actes violent le droit international dans une zone maritime qui est bien loin de la Chine et sujette à différentes revendications de souveraineté. De plus, si les informations selon lesquelles la Chine aurait introduit si rapidement et si tôt des munutions dans cette zone s'avèrent exactes, les inquiétudes seront alors bien fondées.

Et le général Nguyên Chi Vinh de poursuivre que la quasi-totalité des opinions exprimées lors du dialogue, des rencontres et des échanges en marge de celui-ci ont abordé le problème de la Mer Orientale. Cela montre bien que ce problème suscite l'intérêt de tout le monde, notamment des pays de cette région, mais dans un esprit positif, en cherchant des solutions. La communauté internationale se soucie des conflits, de la violation du droit international et du comportement inégal des grandes puissances à l'égard des petits pays. C'est une préoccupation juste et toutes les opinions souhaitent parvenir à une solution viable pour ne pas rendre plus sérieuse et plus complexe la situation en Mer Orientale. La Mer Orientale est un problème de caractère stratégique régional, voire global. Outre le désir de paix et de stabilité, les opinions avancent des propositions et des solutions selon une tendance commune qui est de trouver les bonnes façons de se conduire afin de garantir qu'il n'y ait pas de calculs erronnés, ni d'actes violant le droit international. Il faut en effet éviter coûte que coûte la survenue de tout conflit.

Tous les intervenants souhaitent
parvenir à un COC


Selon le général Nguyên Chi Vinh, tous les intervenants ont souhaité parvenir à un Code de conduite en Mer Orientale (COC), qui doit être substantiel et maîtriser tout acte pour garantir que le droit international, les intérêts et les droits des nations soient respectés. Cette tendance commune du monde et de la région est identique au point de vue fondamental du Vietnam : régler tous les différends et différences par le biais de mesures pacifiques sur la base du droit international, de l'égalité et du respect mutuel. Pour notre région, il faut en premier lieu respecter le droit international, à commencer par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1982, la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC) et, de concert avec l'ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est), travailler positivement avec la Chine pour parvenir au COC.

Sur la participation du Vietnam au 14e Dialogue de Shangri-La à proprement parler, le vice-ministre Nguyên Chi Vinh a affirmé que le Vietnam n'avait pas prononcé de discours. Cependant, selon lui, la délégation vietnamienne a écouté de manière responsable les voix de toutes les nations concernées sur diverses questions. En outre, elle a eu des rencontres bilatérales afin d'échanger sur les problèmes surgissant, notamment ceux sur l'édification pour le développement, la stratégie et l'intervention de grands pays ou celui de la Mer Orientale.

Lors de ces rencontres, la délégation vietnamienne a écouté les avis de chacun afin de saisir la tendance commune tout en exprimant les points de vue officiels du Parti et de l'État vietnamiens sur les problèmes auxquels le monde entier, notamment cette région s'intéressent. Elle a discuté des mesures concrètes pour intensifier la coopération bilatérale.

Débat entre les délégations
vietnamienne et chinoise


La délégation vietnamienne, a-t-il fait savoir, a débattu avec la délégation chinoise autour des mesures concrètes pour réaliser les engagements convenus par les deux ministres de la Défense lors du récent échange. En outre, elles se sont mises d'accord sur des contenus comme l'étude de la stratégie commune, la formation des cadres et la participation aux activités de maintien de la paix. Elles ont discuté des préparatifs pour l'organisation en septembre prochain, à Hanoi, du dialogue stratégique de défense de niveau de vice-ministre Vietnam-Chine et des mesures pour que de tels dialogues contribuent réellement au renforcement des relations bilatérales ainsi qu'au règlement des problèmes en suspens, notamment maritimes.

Sur le problème de la Mer Orientale, la délégation vietnamienne a abordé de manière franche, loyale et dans un esprit constructif ses inquiétudes avec son homologue chinoise. Elle a avancé des propositions constructives sur la base des relations de partenariat stratégique intégral entre les deux pays afin que les armées ne commettent des actes susceptibles d'aggraver les tensions. Au contraire, les armées des deux pays doivent donner des conseils à leur Parti et à leur Etat pour désamorcer ces tensions, et faire tout leur possible pour écarter tout risque de survenue d'un conflit. En outre, les deux parties cherchent de plus en plus de solutions pour coopérer dans les domaines convenus comme les patrouilles communes, la coopération des forces de surveillance maritime, le sauvetage, etc.

La délégation vietnamienne a affirmé que le problème de la Mer Orientale devrait être réglé conformément au droit international et que chaque partie devrait maîtriser ses actes. Un position qualifiée de positive par la Chine.

Lors de leur rencontre, les délégations vietnamienne et philippines ont affirmé qu'en dépit du fait que leurs deux pays revendiquent leur souveraineté sur la zone de l'archipel de Truong Sa (Spratly), ils maintiennent de bonnes relations et garantissent qu'aucun conflit n'éclate.
 
VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Sixième conférence sur la coopération touristique Vietnam - Taïwan (Chine) La 6e Conférence sur la coopération Vietnam - Taïwan (Chine) dans le tourisme a été organisée le 23 novembre dans la ville de Ha Long, province septentrionale de Quang Ninh.