18/05/2022 15:35
La malnutrition sévère, également appelée émaciation sévère, est l’une des principales menaces à la survie des enfants, a déclaré mardi 17 mai le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) dans un rapport intitulé "Émaciation sévère : une urgence passée sous silence qui menace la survie des enfants".
>>ONU : 1,79 milliard d'euros pour lutter contre la famine en Afrique de l'Ouest et au Sahel
>>L'ONU met en garde contre une famine imminente au Yémen

La famine et les conditions de vie faibles causent la malnutrition des enfants dans certains pays en Afrique.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon le rapport, environ un décès sur cinq chez les enfants de moins de cinq ans peut être attribué à une émaciation sévère.

Un manque d’aliments nutritifs et des épisodes répétés de maladie, comme la diarrhée, la rougeole et le paludisme, compromettent l’immunité d’un enfant. "Les jeunes enfants qui sont privés de nourriture perdent rapidement beaucoup de poids, ce qui est souvent exacerbé par des épisodes de diarrhée infectieuse, jusqu’à ce qu’ils deviennent si maigres et fragiles qu’ils paraissent squelettiques", a expliqué Catherine Russell, la directrice de l’UNICEF, dans l’avant-propos du rapport.

Contrairement à la famine ou à l’inanition, relativement peu de personnes ont entendu parler d’émaciation sévère, bien qu’elle touche environ 13,6 millions d’enfants de moins de cinq ans dans le monde et qu’elle soit l’une des principales causes sous-jacentes de décès évitables chez les jeunes enfants.

"C’est extrêmement douloureux pour l’enfant dont le corps lutte contre la maladie. Sans traitement salvateur, c’est une bataille que beaucoup perdent", a noté Mme Russell, ajoutant que les conflits et les crises climatiques, qui détruisent l’accès à une alimentation saine, "font augmenter ce nombre".

Parallèlement, l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, avec les deux pays comptant parmi les principaux producteurs et exportateurs agricoles du monde, a bloqué les canaux d’approvisionnement et a eu un impact sur la sécurité alimentaire mondiale.

Dans cette situation, davantage d’enfants risquent de souffrir d’émaciation. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), une réduction prolongée des exportations alimentaires pourrait augmenter le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde de 8 à 13 millions en 2022 et 2023.
 
APS/VNA/CVN

 


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
GREAT, un programme australien en faveur des femmes minoritaires

Forte hausse des arrivées internationales au premier semestre En juin, le Vietnam a comptabilisé 236.700 arrivées internationales, soit une hausse de 36,8% sur un mois et de 32,9 fois par rapport à la même période de l’an dernier, selon l’Office général des statistiques.