12/09/2016 20:10
Kuala Lumpur mettra en place de nouvelles initiatives visant à renforcer la sécurité dans la région maritime de Sabah dont la lutte contre l’État islamique (EI) autoproclamé et les groupes terroristes dans le Sud des Philippines, a déclaré le ministre malaisien de la Défense, Hishammuddin Hussein.
>>L’ASEAN et la Chine s’engagent à maintenir la paix en Mer Orientale
>>Japon et Grande-Bretagne aident l’ASEAN à améliorer les capacités maritimes
>>Paix et sécurité en Mer Orientale sont indispensables pour le monde entier

Le ministre malaisien de la Défense, Hishammuddin Hussein.
Photo : AFP/VNA/CVN

Parmi de nouvelles initiatives, il a insisté sur l'amélioration des capacités pour le Commandement de sécurité de l’Est de Sabah (Esscom). Concrètement, l’Esscom recevra des armes modernes dont 20 véhicules blindés, 4 Agusta A109LOH et 6 MD530, a-t-il noté.

Il a déclaré que les Forces armées malaisiennes ont identifié cinq endroits nécessaires d​e contrôle et de surveillance de la sécurité sur la côte Est de la région maritime de Sabah et les eaux ​voisines. Ces endroits seraient équipés de système de surveillance côtière en utilisant le radar côtier Spexer 2000, le système d'identification automatique et l'équipement de gestion de bande passante, a-t-il ajouté.

Quant à la mise en place de la brigade frontière N°31, le ministre Hishammuddin Hussein a indiqué que depuis janvier, la Malaisie avait recruté près de 40% du personnel pour les cinq bataillons de cette brigade.

En outre, la Malaisie continuera de coopérer avec l’Indonésie par l’intermédiaire du Comité des frontières entre les deux pays en vue de renforcer la sécurité le long de la frontière entre Sabah, Sarawak (Malaisie) et Kalimantan (Indonésie).
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.