06/03/2019 17:05
La Malaisie a signé un traité d’adhésion à la Cour pénale internationale (CPI), un coup de pouce pour cette institution juridique qui fait face à des critiques grandissantes, a annoncé mardi 5 mars le ministère malaisien des Affaires étrangères.

>>L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo libéré sous conditions par la CPI
>>Philippines : le président annonce le retrait du pays de la Cour pénale internationale
 

Une vue de la Cour pénale internationale. Photo: CPI/CVN


Le ministre des Affaires étrangères, Saifuddin Abdullah, a signé lundi 4 mars le traité fondateur de la CPI, après l’approbation du gouvernement malaisien, faisant de ce pays le 124e membre de la Cour depuis sa création en 2002.

Le nouveau gouvernement malaisien, qui a pris le pouvoir en mai 2018, s’est juré de rejoindre la CPI.

Le ministre des Ressources humaines, M. Kula Segaran, a déclaré qu'en adhérant à la CPI, la Malaisie pouvait désormais jouer un rôle important dans les questions liées aux crimes contre l'Humanité.

La CPI est le seul tribunal permanent au monde en charge des crimes de guerre et a pour mission de poursuivre les pires violations lorsque les tribunaux nationaux ne peuvent ou ne veulent pas.

Toutefois, le tribunal de La Haye a été critiqué pour ses acquittements, alors que le Burundi est devenu le premier pays à quitter le tribunal en 2017 et que les Philippines ont annoncé leur intention de se retirer.

La CPI a également subi un revers important en janvier lorsque les juges ont acquitté l'ex-président de la Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, suite à une vague de violences consécutive à des élections contestées, soulevant de nouvelles questions quant à savoir si la Cour est apte à agir.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.