29/12/2017 22:56
La Malaisie va sanctionner les employeurs qui répercutent la taxe sur les travailleurs étrangers à leurs employés en vertu de la Loi sur l’emploi.
Le nombre de travailleurs étrangers en Malaisie est estimé à 1,8 million de personnes. Source: nst.com.my/CVN


Le directeur adjoint du Département du travail, Rosman Abdul, a déclaré que les employeurs seraient invités à rembourser le montant déduit des salaires des travailleurs.

À partir du premier janvier 2018, ce prélèvement fiscal sur les travailleurs étrangers sera la responsabilité des employeurs, a-t-il fait savoir.

Le responsable a indiqué que si les employeurs ne le font pas, le Département du travail devrait invoquer l’article 24 (Déductions légales) de la Loi sur l’emploi de 1995.

Cette mesure vise à décourager l’emploi de travailleurs étrangers en Malaisie dont le nombre s’élève à 1,8 million de personnes.

Nous avons environ 600.000 habitants au chômage. Si nous les encourageons à prendre un emploi, nous pourrons réduire le nombre de travailleurs étrangers, a déclaré le directeur exécutif de Fédération des employeurs de Malaisie, Datuk Shamsuddin Bardan.

Censée entrer en vigueur le premier janvier de cette année, cette mesure a été reportée après l’appel des associations des employeurs qui ont besoin de temps pour se préparer.
 
Le prélèvement fiscal pour les travailleurs étrangers imposé par le Département de l’immigration sur les secteurs de la fabrication, de la construction et des services, est fixé à 1.850 ringgits (environ 453 dollars) par an, alors que celui pour les secteurs de l’agriculture et de l’élevage est de 640 ringgits (près de 157 dollars).
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.