04/08/2018 16:28
Le conseiller économique de la Maison Blanche a tourné en dérision vendredi 3 août les nouvelles menaces chinoises de taxes punitives sur 60 milliards de dollars de biens américains, affirmant en outre que la seconde puissance économique mondiale battait de l'aile.

>>Donald Trump envisage d'augmenter encore les taxes sur des biens chinois
>>La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est déclarée
>>Les exportations chinoises vers les États-Unis augmentent à un rythme plus lent
 

Des employées à l'œuvre dans une usine de maillots de bain à Yinglin, en Chine, le 2 août 2018.
Photo : AFP/VNA/CVN


En réponse à la menace récente de la Maison Blanche de relever de 10% à 25% les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine, Pékin s'est dit prêt à imposer des surtaxes douanières de 5% à 25% sur 5.207 types de produits américains.
 

Les marchandises visées vont du bœuf au textile, en passant par des composants chimiques, des petits avions ou encore le gaz naturel liquéfié et... un type de préservatifs.
 

"J'aurais tendance à penser que 60 milliards de dollars constituent une réponse faiblarde comparée à nos 200" milliards de dollars, a ironisé Larry Kudlow, exhortant la Chine à prendre "au sérieux" la détermination du président américain à aller jusqu'au bout pour faire changer les pratiques commerciales chinoises qu'il juge "déloyales".
 

Le conseiller a également lancé des commentaires particulièrement acerbes sur l'économie chinoise. "L'économie chinoise faiblit", elle "décline", selon lui. "La Chine est en difficulté à présent, les investisseurs s'en vont, la devise plonge", a-t-il ajouté.
 

"Les investisseurs étrangers ne veulent pas être en Chine", a-t-il ajouté, relevant que la Chine avait perdu sa place de deuxième marché boursier mondial au profit du Japon, pour la première fois depuis 2014.
 

Les États-Unis et la Chine, interdépendants sur le plan financier et économique, se sont lancés dans une guerre commerciale qui pourrait avoir des répercussions sur leur croissance et affecter les consommateurs des deux pays.
 

Mais à l'approche des élections législatives américaines de mi-mandat, en novembre, Donald Trump se montre encore plus enclin à la fermeté. En meeting jeudi soir, le président républicain avait souligné: "La Chine n'est pas contente après moi".
 

"Les politiciens ne font que constater que les autres pays volent nos emplois, pillent notre richesse et prennent les joyaux de l'économie américaine", a-t-il déclaré à ses partisans. "Je ne suis pas un de ces politiciens. Je tiens mes promesses", a-t-il ajouté.


"Toute menace ou tout chantage unilatéral ne fera qu'exacerber les différends", a, lui, martelé le ministère du commerce chinois.
 

Dignité 
 

Le président chinois Xi Jinping lors du sommet des Brics à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 26 juillet 2018.
Photo : AFP/VNA/CVN

 


De son côté, le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi, a exhorté les États-Unis à "garder la tête froide": "La coopération est le seul choix possible" pour les deux pays, a-t-il lancé, selon l'agence étatique Chine Nouvelle, après une rencontre vendredi 3 août à Singapour avec le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.


Mais si le régime communiste ne ferme pas la porte à une reprise des pourparlers, seul "un dialogue sur la base du respect mutuel et un pied d'égalité" constituent "une voie efficace", souligne le ministère du Commerce.
 

Après des tarifs douaniers supplémentaires sur l'acier et l'aluminium chinois, des surtaxes douanières sur 34 milliards de dollars d'importations de biens chinois ont été imposées début juillet par Washington. Pékin avait aussitôt répliqué en taxant le même montant d'importations provenant des États-Unis.
 

Mais Washington a, une semaine plus tard, tiré une nouvelle salve en dressant une liste supplémentaire de produits chinois importés (cuir, composants chimiques, pneus...) d'un montant de 200 milliards de dollars par an, qu'il menace de taxer dès septembre.
 

Pour le régime communiste, la responsabilité de l'escalade est imputable aux États-Unis qui "n'ont eu de cesse d'aggraver toujours davantage la situation, au mépris des intérêts des entreprises et consommateurs des deux pays", selon le ministère du Commerce.


Ces représailles étaient "nécessaires (...) pour défendre la dignité du pays, les intérêts de son peuple et préserver le libre-échange", a-t-il estimé.


La stratégie de l'"oeil pour oeil, dent pour dent" sur les droits de douane pourrait néanmoins trouver ses limites car la Chine importe presque quatre fois moins qu'elle n'exporte vers les États-Unis.
 

Le pays asiatique pourrait toutefois absorber plus facilement les contrecoups économiques, grâce à des mesures de relance budgétaire, tandis que le récent repli du yuan avantage les exportateurs chinois.
 

Donald Trump avait d'ailleurs accusé récemment Pékin de "manipuler sa monnaie" à son avantage.
 

Mais cette glissade rapide du yuan, au plus bas depuis plus d'un an face au dollar, est à double tranchant, car elle est susceptible aussi d'accélérer les fuites de capitaux hors de Chine et d'affoler le système financier local.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Promotion du tourisme vietnamien en Australie et en Nouvelle-Zélande Une délégation de l'Administration nationale du tourisme du Vietnam conduite par son chef Nguyên Van Tuân, a organisé mercredi soir 15 août à Sydney un programme de promotion du tourisme vietnamien.