19/08/2018 09:35
Appréciée pour être travailleuse malgré une rémunération plutôt basse, la main-d’œuvre vietnamienne doit faire face à la concurrence de celle d’autres pays ainsi qu’aux remplacements engendrés par l’industrie 4.0. Il est donc impératif qu’elle se renouvelle afin d’être à la hauteur.
>>Restructurer l’économie et rénover le modèle de croissance
>>L’emploi 4.0, une révolution en marche

Les changements dans la formation professionnelle, nécessaires, joueront un rôle déterminant dans l’amélioration de la qualité de la main-d’œuvre du Vietnam.
Photo: VNA/CVN

Selon une étude menée par l’Organisation internationale du travail (OIT), la main-d’œuvre vietnamienne se trouve au bas du classement de l’Asie-Pacifique en matière de productivité. Concrètement, elle représente 1/5 de celle des Malaisiens, 2/5 de celle des Thaïlandais et 1/15 de celle des Singapouriens. Peut mieux faire.  

Cette productivité basse s’explique par une maîtrise limitée des techniques ainsi par un manque de professionnalisme. "Le Vietnam dispose de ressources humaines très jeunes et abondantes. Malheureusement leur niveau de compétence ne répond pas à la demande des entreprises étrangères", a considéré Gyorgy Sziraczki, ancien directeur du Bureau de l’OIT au Vietnam.

Les autres zones d’ombre figurant au tableau sont le fait que les travailleurs vietnamiens à l’étranger possèdent d’importantes lacunes en langues étrangères et que la majorité d’entre eux ignorent les lois du pays où ils travaillent.

"En raison de la barrière de la langue, la plupart des travailleurs vietnamiens ne peuvent pas communiquer correctement avec les travailleurs locaux, non seulement ils ne parlent pas bien la langue mais ils ne saisissent pas non plus les lois du pays d’accueil", a expliqué Trân Thanh Tùng, patron d’une entreprise au Vietnam, qui a travaillé en Malaisie comme ingénieur.

Toujours selon lui, afin de s’intégrer à un nouvel environnement professionnel et d’atteindre une meilleure productivité, les travailleurs vietnamiens devraient vraiment se munir d’un niveau de langue étrangère correct ainsi que de connaissances générales suffisantes sur le pays où ils vont travailler, surtout en ce qui concerne la loi et le code du travail. En outre, avoir un esprit de discipline, d’attention et de dévouement au travail sont également des qualités indispensables que souligne cet homme d’affaires.

L’industrie 4.0, un rival de taille

Sous l’impact de la 4e révolution industrielle, le taux du chômage risque d’augmenter considérablement. Compte tenu de la qualité insuffisante de la main-d’œuvre vietnamienne encore insuffisante, le pays perdrait en 2020 près de cinq millions d’emplois. Serait-il temps de tirer la sonnette d’alarme?

Ainsi dans le secteur du textile-habillement, qui recourt au plus grand nombre de travailleurs au Vietnam, des robots et autres machines font d’ores et déjà partie du paysage et travaillent aux côtés de leurs collègues humains. D’après l’OIT, 86% des travailleurs dans ce secteur seront affectés par cette tendance, sans compter les centaines de milliers de personnes travaillant comme standardistes.

Le plus grand défi pour la main-d’œuvre nationale repose sur le niveau de qualification des travailleurs. Ceux qui ne possèdent pas les techniques ou compétences adéquates risquent de perdre leur emploi ou de peiner à en trouver. Par ailleurs, les entreprises qui continuent de se servir de technologies anciennes ou dont le niveau professionnel du personnel reste insuffisant, ne seront plus capables d’être compétitives, voire risqueront de faire faillite.

Les travailleurs du Vietnam n’ont malheureusement pas l’opportunité de travailler dans des conditions aussi développées que dans les pays concurrents. Il est ainsi difficile de chercher à attirer des investissements par le seul avantage du bas coût de sa main-d’œuvre. Il est donc essentiel d’améliorer considérablement les capacités professionnelles des employés afin de s’adapter notamment aux changements engendrés par l’automatisation de la production. 

Remonter dans le classement

L'industrie 4.0 sera un grand rival de la main-d'œuvre vietnamienne dans un proche avenir. 
Photo : BPL/CVN

Selon certains économistes, la connotation du terme "travailleurs à bas coût" a changé. À présent, on préfèrera employer des travailleurs qualifiés même si cela implique des dépenses supplémentaires. La main-d’œuvre bon marché n’a plus autant la côte et dorénavant, c’est la qualité qui l’emporte sur la quantité. De plus, il a été observé que les mains-d’œuvre des autres pays sont autant, voire plus, travailleuses que celle vietnamienne. 

À coût égal, il est évident que les investisseurs choisiront une main-d’œuvre dont la qualité est supérieure. Il est donc urgent de perfectionner la qualité du contingent de travailleurs afin qu’il soit apte à concurrencer celui des autres pays.

Pour cela, des changements sont à effectuer, en priorité, dès le stade de la formation professionnelle. "Selon des dirigeants d’entreprises, parmi une dizaine de candidats fraîchement diplômés par exemple, il serait judicieux d’en choisir un ou deux, généralement les plus prometteurs et susceptibles d’effectuer les missions ou tâches requises. Ces candidats devront ensuite suivre un programme de formation adéquate. Cela devrait être une condition sine qua non à l’embauche", a affirmé le Docteur Dào Quang Vinh, directeur de l’Institut de recherches scientifiques sur le travail et les affaires sociales. "Nombreux sont les établissements qui augmentent leurs cours de pratique, mais leurs équipements et outils sont anciens et obsolètes comparés à ceux utilisés par les entreprises", a-t-il ajouté.

Afin d’améliorer la qualité des ressources humaines, au-delà du perfectionnement du niveau d’études et des techniques professionnelles, d’autres pistes sont également à explorer. Notamment, la création de programmes de formation adaptés à l’économie actuelle, ou encore la facilitation à l’accès aux informations sur les fluctuations du marché d’emploi ou encore une sensibilisation plus importante auprès de la jeune main-d’œuvre.

"Dans le but de rivaliser avec les pays développés, il faut que le Vietnam innove dans la formation de ses travailleurs et trouve des mesures et solutions pour améliorer rapidement la qualité des travailleurs actuels", a souligné le maître de conférences, Docteur Pham Van Son, du ministère de l’Éducation et de la Formation. "Il s’agit de mesures importantes à mettre en place sur le long terme pour un développement durable des ressources humaines, afin de pouvoir répondre correctement à la demande, toujours plus mouvante et rapide, de l’industrialisation et de la modernisation", a-t-il conclu.
 
Mai Quynh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.