22/09/2020 22:15
Le Tribunal populaire de Hô Chi Minh-Ville a prononcé mardi 22 septembre des peines sévères contre 20 criminels, dont la plupart sont membres de l’organisation réactionnaire "Triêu dai Viêt" (Dynastie des Viêt), reconnue coupables de "terrorisme en vue de s’opposer au pouvoir populaire" et de "production, détention, et trafic illicites de produits explosifs".
>>Hô Chi Minh-Ville : Poursuite en justice de terroristes
>>Trois personnes condamnées pour terrorisme contre le pouvoir populaire
>>Promulgation de plans de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

Procès du 22 septembre à Hô Chi Minh-Ville jugeant les membres de l’organisation réactionnaire "Triêu dai Viêt" (Dynastie des Viêt).
Photo : Thành Chung/VNA/CVN

Le jury a déclaré que les actes des accusés étaient extrêmement graves, car ils causaient un danger à la société et violaient directement la sécurité nationale ainsi que les droits et intérêts juridiques des personnes et de la société. Deux personnes ont été blessées et des biens endommagés par leurs actes.

Nguyên Khanh, le protagoniste, a été condamné à 20 ans de prison après avoir été reconnu coupable de "terrorisme en vue de s’opposer au pouvoir populaire" et à quatre ans de prison pour "production, détention et trafic illicites de produits explosifs".

Seize autres personnes reconnues coupables de "terrorisme en vue de s’opposer au pouvoir populaire" ont été condamnées à des peines allant de trois à 18 ans. Elles feront encore l’objet de la résidence surveillée pendant deux à cinq ans à compter de la fin de l’exécution de leurs peines d’emprisonnement.

Pour "production, détention et trafic illicites de produits explosifs", deux autres accusés ont été condamnés à des peines de deux ans d’emprisonnement et le dernier, de deux ans et demi derrière les barreaux.

Khanh et trois autres accusés doivent également payer près de 350 millions de dôngs (15.000 USD) en compensation à la police du quartier 12 de l’arrondissement de Tân Binh à Hô Chi Minh-Ville, ainsi que couvrir les frais de traitement des deux blessés.

Violer la sécurité nationale

Selon le jury, cette affaire était une violation de la sécurité nationale commise par le "Triêu dai Viêt" qui commet des actes terroristes visant à renverser la République socialiste du Vietnam.

Le fondateur de l’organisation, Ngô Van Hoàng Hùng (également connu sous le nom de Ngô Hùng), a été condamné à la peine capitale en 1979 (puis commuée en une peine à perpétuité) au Vietnam pour "tentative de renverser le pouvoir populaire", mais a fui au Canada.

Il a créé "Triêu dai Viêt" utilisant fréquemment les réseaux sociaux pour attirer les gens, y compris Nguyên Khanh, dans l’organisation.

Hùng a promis de nommer Khanh "général de brigade et gouverneur de la province de Dông Nai", et a envoyé un total de 144 millions de dôngs (6.215 USD) et 600 CAD (455 USD) à Khanh pour faciliter l’opération.

Khanh a utilisé l’argent pour acheter 5 kg d’explosifs et 20 détonateurs de Nguyên Trung Truc, né en 1982 et résidant dans la province de Dak Nông dans les hauts plateaux du Centre, et a remis 7 kg d’explosifs et 25 détonateurs qu’il avait achetés plus tôt à Duong Ba Giang, né en 1971 et résidant dans la province de Dông Nai, afin de fabriquer dix engins explosifs télécommandés.

Khanh a demandé à Giang de donner deux engins explosifs à Vu Hoàng Nam, 24 ans, de Hô Chi Minh-Ville et Duong Khac Minh, 27 ans, de la province de Thanh Hoa (Centre), et les a guidés sur la façon d’utiliser les engins.

Nam et Minh ont apporté les engins explosifs, cachés dans un sac à dos et un coffret cadeau d’anniversaire, au poste de police du quartier 12 de l’arrondissement de Tân Binh à Hô Chi Minh-Ville le 20 juin 2018.

Accusé Nguyên Khanh, le 22 septembre à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : Thành Chung/VNA/CVN

Prétendant être un résident remplissant une question administrative, Nam a mis le sac à dos dans la zone de réception et le coffret cadeau dans le parking, et a fait exploser les engins à distance. Les deux se sont ensuite enfuis à Dông Nai, où ils ont rencontré Khanh.

Khanh a également remis un engin explosif à Nguyên Xuân Phuong dans l’intention de provoquer une explosion au poste de police du quartier de Tam Hiêp dans la ville de Biên Hoà, province de Dông Nai. Phuong, cependant, n’a rien fait.

Le 23 juin 2018, Khanh a donné trois engins explosifs à Nguyên Minh Tân, qui, avec Pham Trân Phong Vu, a provoqué le 5 juillet 2018 une explosion au bureau de la police dans la province de Hâu Giang dans le delta du Mékong.

Tan a donné un autre engin explosif à Hua Hoàng Anh, qui, au lieu de provoquer une explosion au bureau de la police de la province de Kiên Giang dans le delta du Mékong, a placé l’engin à côté d’un poteau électrique près de son domicile dans la commune de Minh Hoa, district de Châu Thành, province de Kiên Giang.

Khanh et son fils Nguyên Tân Thanh, qui était également le complice de Khanh, ont été arrêtés le 26 juin 2018 par la police de Hô Chi Minh-Ville. Nam, Minh et d’autres ont été arrêtés plus tard.

Les polices de Hâu Giang et Kiên Giang ont également arrêté Tân, Vu et d’autres pendant la période du 1er au 7 août 2018.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

La Dans un contexte de déplacements limités et de sentiment d’insécurité, les mini-voyages à proximité du domicile sont en plein essor dans le monde entier y compris au Vietnam.