04/02/2020 09:50
Alors que s'achève l'exposition blockbuster Léonard de Vinci au Louvre, une Joconde version 2020 sera mise en vente à Paris fin février : une Rubik Mona Lisa (2005), de l’artiste de rue Invader, assemblée avec près de 330 Rubik’s Cubes.
>>Derniers préparatifs au Louvre pour l'exposition Léonard de Vinci
>>Derniers préparatifs au Louvre pour l'exposition Léonard de Vinci
>>La Joconde retrouve sa place dans une Salle des États bleu nuit

La version Rubik's Cube de La Joconde, par l'artiste français Invader, exposée chez Artcurial à Paris, le 3 février, avant sa mise aux enchères.
Photo : AFP/VNA/CVN

Mise aux enchères le 23 février, pour une estimation entre 120.000 et 150.000 euros, par la maison de ventes Artcurial aux Champs-Élysées, cette Joconde est entièrement composée avec ces cubes magiques 3D, objet emblématique des années 80. Artcurial consacre à l’Art urbain une vente où seront dispersées des œuvres de grands street artists contemporains.

Invader, de son vrai nom Franck Slama, s’est fait connaître avec ses "invasions" dans les rues de plus de 65 villes dans 33 pays. Il a même donné un nom à un courant caractérisant ses œuvres "tableaux-objets" : le Rubikcubisme. Rubik Mona Lisa deviendra la première pièce d’une nouvelle série revisitant les plus grands tableaux de l’histoire de l’art : les Rubik Master Pieces.

Du Déjeuner sur l’Herbe d'Edouard Manet à l’Origine du Monde de Gustave Courbet, Invader a déjà reproduit diverses oeuvres picturales en Rubik's cubes. Depuis 2005, de nombreuses expositions ont été consacrées à Invader.

Alors que la notoriété légendaire de la Joconde fait affluer depuis des années les touristes du monde entier au Louvre, une grande exposition Léonard de Vinci s'y visite uniquement sur réservations depuis le mois d'octobre.

AFP/VNA/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

Hanoï voit ses revenus du tourisme augmenter malgré le COVID-19 Bien que le tourisme au premier mois de l’année ait connu des fluctuations considérables en raison des effets des intempéries et de l’épidémie de coronavirus, les revenus du secteur à Hanoï demeurent positives.