22/07/2017 10:10
Les cours de la viande de porc ont récemment rebondi après une forte chute au début de l'année. Néanmoins, il a été recommandé aux éleveurs de ne pas augmenter le nombre de têtes pour le moment, et de rester vigilants devant les fluctuations des cours.
>>Pour mieux contrôler l’origine de la viande de porc mise en vente à Hô Chi Minh-Ville
>>Mesures pour sortir de la crise de la viande de porc

Selon le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, à l’heure actuelle, le cheptel porcin du Sud occidental est estimé à 2,6 millions de têtes.
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

Depuis une semaine, les cours de la viande de porc ont changé sans arrêt. Selon la société CP Vietnam, ils sont passés de 36.000 dôngs/kg le 16 juillet à 43.000 dôngs/kg les jours suivants puis 41.500 dôngs/kg aujourd’hui. La hausse profite aux éleveurs du Sud occidental, notamment de la province de Dông Nai.

D'après Nguyên Huu Thang, propriétaire de la ferme d'élevage Tân An, district de Vinh Cuu, province de Dông Nai, «suite à la baisse des cours au début de l’année en raison d’un excédent, j’ai été contraint de réduire mon cheptel de 10.000 à 5.000 têtes».

"Pour le moment, avec des cours de 40.000 à 43.000 dôngs/kg, les éleveurs gagneront un certain bénéfice leur permettant de rembourser les pertes d'un million de dôngs/tête des ventes précédentes", a expliqué M. Thang.

La société Vissan, quant à elle, qui est capable de consommer 1.000 têtes par jour, a accepté de racheter des cheptels porcins au prix équivalent à celui du marché, ce pour assurer un certain bénéfice aux éleveurs. Pourtant, selon Dang Thi Phuong Ninh, directrice générale adjointe de Vissan, plusieurs d’entre eux n’ont pas voulu vider leur porcherie et ont préféré attendre pour voir si les cours continuent de grimper.

Ne pas augmenter le cheptel porcin

Selon le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, à l’heure actuelle, le cheptel porcin du Sud occidental est estimé à 2,6 millions de têtes dont 400.000 susceptibles d’être abattues. La province de Dông Nai en dénombre 170.000, celle de Binh Duong, 100.000, et celle de Vung Tàu, 100.000.

Le pays connaît un surplus de viande de porc, avec pour corollaire une baisse des prix et de fortes pertes pour les éleveurs.
Photo : VNA/CVN

Bien que la hausse des cours de la viande de porc soit réelle, bon nombre d’éleveurs n’ont pas été informés à temps. Plusieurs ont été forcés de vendre leur cheptel à prix cassé ou au prix inférieur à celui du marché.

«L’Association de l’élevage de la province de Dông Nai recommande aux éleveurs de rester vigilants, de se renseigner soigneusement sur les cours réels du marché avant de vider leur porcherie», a fait remarquer Nguyên Kim Doan, vice-président de ladite association.

D'après Trân Thành Vinh, directeur du Service de l’agriculture et du développement rural de la province de Dông Nai, la montée des cours de la viande de porc est un signe anormal vu les évolutions complexes et rapides. Il a déconseillé aux éleveurs d’augmenter leur cheptel.

Par ailleurs, le Service de l’agriculture et du développement rural de la province de Bà Ria-Vung Tàu a fait appliquer la stratégie d’enregistrement du nombre de têtes du cheptel porcin aux éleveurs. En plus, il a demandé aux éleveurs d’établir un partenariat étroit avec des entreprises pour limiter les risques. «En même temps, le Service de l’agriculture et du développement rural de la province de Bà Ria-Vung Tàu aménagera, par catégorie, les races, les tâches d’abattage, la commercialisation de la viande de porc pour garantir un développement durable de la filière porcine de la province», a affirmé Trân Van Cuong, directeur dudit service.

Truong Giang/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Son Doong, Un groupe de touristes russes vient de visiter l'une des plus belles merveilles naturelles du monde – la grotte Son Doong au Vietnam. Et il ne cesse de louer la beauté exotique et majestueuse de cette grotte, cité par Russia Today.