06/02/2018 18:00
Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a déclaré lundi 5 février que la violence avait eu un impact dévastateur sur les enfants, nombre d'entre eux ayant été tués dans des conflits en cours ou des attentats-suicides et certains ayant succombé au froid après avoir fui les zones de guerre.
>>Yémen : 5.000 enfants tués ou blessés du fait de la guerre, selon l’UNICEF
>>L'UNICEF appelle à rendre le monde numérique plus sûr pour les enfants
>>Yémen : 11 millions d'enfants ont désespérément besoin d'aide, alerte l'ONU

Les garçons dans l’Est d’Alep, en Syrie. Photo : UNICEF/CVN

"Il est totalement inacceptable que les enfants continuent à être tués et blessés chaque jour", a déclaré en janvier Geert Cappelaere, directeur régional de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, qualifiant janvier de "mois noir" dans cette région en crise.

Rien qu'en janvier dernier, l'escalade de la violence en Irak, en Libye, en Palestine, en Syrie et au Yémen a coûté la vie à au moins 83 enfants. "Ces enfants ont payé le prix fort pour des guerres qui n'ont absolument rien à voir avec eux. Leurs vies ont été écourtées, leurs familles brisées pour toujours par le chagrin", a ajouté M. Cappelaere.

"Nous continuons tous à être incapables d'empêcher la guerre d'affecter les enfants", a-t-il déploré. "Ce ne sont non pas des centaines, ni des milliers, mais des millions d'enfants au Moyen-Orient et en Afrique du Nord qui ont vu leur enfance volée, qui ont été mutilés à vie, traumatisés, arrêtés et détenus, exploités, qu'on a empêchés d'aller à l'école et d'accéder aux services sanitaires les plus essentiels, qu'on a privés même du droit fondamental de jouer", a-t-il poursuivi.

"Nous n'avons aucune justification, aucune raison d'accepter cela comme une nouvelle norme", a insisté M. Cappelaere. "Les enfants ont peut-être été réduits au silence, mais leurs voix continueront d'être entendues. Leur message est notre message : la protection des enfants est essentielle en toutes circonstances, conformément au droit de la guerre", a-t-il ajouté. "Enfreindre ce droit est l'un des crimes qui compromettent l'avenir, et pas seulement celui des enfants", a-t-il averti. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Développement du tourisme communautaire au Vietnam Au cours de ces dernières années, le tourisme communautaire s’est bien développé dans plusieurs localités, dont les provinces de Hoà Binh, Lào Cai (Nord), et Quang Nam (Centre).