14/04/2019 09:15
Le Vietnam peut bénéficier du conflit commercial sino-américain. Mais ses impacts sur les activités d’import-export du pays sont aussi grands. Entretien avec l’économiste Nguyên Lê Dinh Quy.
>>Les accords de libre-échange, un défi pour la balance commerciale
>>Le commerce extérieur en hausse de 14% depuis le début de l’année

Comment les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine influencent-elles les activités d’import-export du pays?

N’importe quelle instabilité dans le commerce international entraînera des complications, créant même des "chocs" pour les économies. Si cette situation se prolonge, elle pourra nuire à la croissance, l’inflation, l’emploi ainsi qu’à nombreux autres aspects de la macroéconomie mondiale.

En termes de production industrielle, les barrières commerciales mises en place influenceront la chaîne de production dans la région et dans le monde. Et les activités d’import-export du Vietnam ne sont naturellement pas exclues. Cependant, je ne pense pas qu’à court terme, les objectifs en matière d’exportations du pays seront touchés. Mais dans le cas où la liste des mesures de sanctions (des États-Unis, ndlr) continue de s’élargir, notre économie ferait face à des "chocs" imprévisibles sur le long terme. Nos exportations seraient frappées et la croissance économique pourrait se ralentir.  

Face à cette situation, que devons-nous faire pour minimiser la baisse de l’import-export?

Comme je l’ai dit, à court terme, les activités d’import-export du pays ne seront pas trop touchées si les États-Unis ne continuent pas à renforcer leurs mesures de sanctions sur les produits en provenance de Chine. Toutefois, afin de maintenir et d’assurer nos activités d’import-export et notre croissance économique, nous devons accroître la compétitivité du marché en vue de créer davantage d’attractivité pour les entreprises et les investisseurs.

À propos de l’État, il peut encourager et même appliquer des normes d’évaluation des produits plus strictes pour élever la qualité des produits d’exportations vietnamiens. En outre, la promotion commerciale vers d’autres marchés émergents est également une mesure nécessaire qui doit être envisagée pour diversifier les débouchés, ou créer des marchés alternatifs, permettant de réduire les effets de cette guerre commerciale tout en garantissant nos objectifs.

On suggère qu’il faut réajuster le taux de change pour soutenir les exportations. Selon vous, est-ce une nécessité pour le moment?

Tandis que la Banque d’État du Vietnam continue de maintenir son taux de change de manière stable, j’observe cependant une tendance inverse sur le marché libre et le taux de change connaîtra des fluctuations imprévisibles, avec une tendance à la hausse. On prévoit que cette tension entre les États-Unis et la Chine, de plus en plus tendue, aura des conséquences plus importantes à l’avenir. Compte tenu de la complexité de la situation, je ne pense pas qu’il faille immédiatement ajuster le taux de change pour épauler les exportations. De plus, cette mesure ne serait qu’une solution partielle pour soutenir nos exportations. Nous devons continuer à prendre simultanément d’autres mesures appropriées.

Emballage de pamplemousses dans une entreprise exportatrice à Tiên Giang (delta du Mékong). Photo: Phuc Hâu/VNA/CVN

Il existe des inquiétudes selon lesquelles, afin d’échapper aux sanctions américaines de taxation douanière élevée, bon nombre de produits chinois cherchent à se cacher sous l’origine d’autres pays, dont le Vietnam, pour être exportés. Comment le Vietnam peut-il faire face à la situation si c’est le cas?

Je pense que ce risque existe bel et bien. C’est aussi un des problèmes dont je me préoccupe le plus, car si une grande quantité de marchandises chinoises pénètrent au Vietnam sous forme d’exportation temporaire pour la réexportation ou pour une transformation simple afin d’acquérir une origine vietnamienne, puis être réexportés aux États-Unis, alors cela engendrera des effets négatifs sur le marché.

Et si les produits de mauvaise qualité cherchent à s’exporter sous la marque vietnamienne, cela influencera le prestige des produits vietnamiens de manière dramatique. Je pense que c’est le moment de valoriser le rôle de gestion des organismes étatiques. Il est impératif pour ces derniers de renforcer les contrôles aux postes frontaliers pour lutter contre la contrebande.

Des mesures défensives pour empêcher l’afflux d’acier chinois au Vietnam doivent être prises immédiatement. Leur mise en place de manière efficace sera un outil important afin de protéger notre production manufacturière face au risque d’arrivée massive des produits chinois.

Tài Chinh - LinhThao/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Entre le Vietnam et la France, une relation toujours plus florissante

Le carnaval de Ha Long 2019 va se dérouler en salle Au lieu de magnifiques défilés dans les rues comme les années précédentes, le carnaval de Ha Long 2019 se déroulera en salle, au FLC Ha Long Ecotourisme Resort.