09/12/2018 16:48
La gastronomie fait partie intégrante de la culture d’un pays. Si vous souhaitez découvrir la culture des régions que vous visitez, il est recommandé d’y déguster leurs plats traditionnels. Hanoï est considérée comme un terrain rêvé pour les amateurs de nouvelles saveurs.
>>Festival de la cuisine de rue vietnamienne à Moscou

Une tasse de café à l’œuf proposée au café Giang.

Café Giang
(39, rue Nguyên Huu Huân)

Le café à l’œuf reste un terme encore inconnu pour de nombreuses personnes. Pour préparer ce breuvage, doivent être mélangés du jaune d’œuf battu et du lait concentré, le tout chauffé jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux. Il est ensuite versé dans une tasse à café et servi chaud. Un bon café à l’œuf résulte d’une combinaison de multiples saveurs: l’amertume du café, la douceur du lait et la texture crémeuse de l’œuf battu.

L’histoire de cette merveilleuse boisson? Tout a commencé au début du XXe siècle lorsque le Vietnam était sous la domination française. L’inventeur du café à l’œuf, Nguyên Van Giang, était barman pour l’hôtel 5 étoiles Sofitel Legend Metropole.

Après avoir inventé la recette, il a ouvert son propre estaminet: le café Giang.

Quelques années plus tard, deux autres cafés proposant cette savoureuse recette ont été ouverts par ses enfants: le café Dinh (près du lac Hoàn Kiêm) et le café Giang qui se situe dans la rue Yên Phu. Aujourd’hui, ces deux lieux restent des choix de prédilection pour les locaux ou les touristes souhaitant déguster un café à l’œuf à Hanoï. Malgré sa longue existence, il reste, à travers le temps, toujours très apprécié des Hanoïens en raison de sa sapidité unique et du sentiment de nostalgie qu’il suscite.

Nguyên Chi Hoà, patron du café Giang dans la rue Nguyên Huu Huân, a déclaré que pour obtenir un bon café à l’œuf, il faut battre des blancs d’œuf de poulet à la main avec du sucre, du lait, du café chaud et un soupçon d’ingrédients secrets. Ce mélange donne une couleur brune et une odeur très remarquable.

Banh mì Lan Ông
(8, rue Cha Ca)

Banh mì Lan Ông.

Face à l’arrivée des Kebabs et autres Tacos, le banh mì reste bien ancré dans la culture vietnamienne. Il en existe différents types comme celui aux œufs, aux brochettes de viande, à la saucisse, au pemmican… Parmi tous ces sandwichs, celui qui représente le mieux la capitale est sans aucun doute le banh mì au pâté. 

Si vous demandez à un habitant du Vieux quartier de Hanoï où il apprécie manger son banh mì, il y aura de grandes chances pour que celui-ci vous parle de Lan Ông, l’un des plus anciens et célèbres restaurants de la ville, situé au 8, rue Cha Cá.

Le pâté y est toujours succulent et préservé au chaud dans une petite marmite, ce qui lui donne une saveur encore plus délectable. Les oignons et la coriandre y ajoutent une saveur unique qui ne peut être confondue avec aucune autre.

Bun Cha Hàng Quat
(74, rue Hàng Quat)

Le +bun cha+, un plat populaire des Vietnamiens.

Un des plats immanquables à Hanoï est définitivement le bun cha. Il est généralement composé de vermicelles blancs (bun) emballés dans des feuilles de bananiers durant la journée afin de conserver tout leur parfum, de boulettes de viande (cha) ainsi que de quelques condiments tels que saumure, carotte, chou-rave...

Il existe deux types de cha: le cha viên préparé à partir d’épaule de porc, et le cha miêng, travers de porc coupés en lamelles. Après avoir été marinés avec du sel, du poivre et autres épices, le cha est grillé au barbecue, ce qui lui donne sa couleur brune et son goût braisé.

Bun Cha Hàng Quat, situé au 74, rue Hàng Quat, est l’un des plus célèbres restaurants proposant ce plat à Hanoï. Malgré son espace étriqué, il attire énormément de clients chaque jour. Ouvert de 10h00 à 14h00, il propose un bun cha doux et parfumé auquel vous pouvez ajouter un peu de piments et de l’ail pour lui donner un goût plus prononcé.

Avec seulement 30.000 dôngs, vous pouvez avoir un déjeuner qui vous rassasie pour la journée.

Pho Suong
(26, rue Nguyên Hông)

En visitant le Vietnam et notamment sa capitale, il serait dommage de ne pas y goûter le pho. Ce plat traditionnel est devenu avec le temps un symbole gastronomique du pays. À Hanoï, les restaurants de pho sont légion. Un des plus célèbres se nomme Pho Suong, "Suong" signifiant "très heureux". Selon le propriétaire du restaurant, ce nom vient tout simplement du fait que tous les clients sont heureux lorsqu’ils y dégustent son pho.

Le bouillon est préparé durant plusieurs heures avec une petite astuce du chef afin de le rendre encore meilleur: le propriétaire a expliqué qu’en plus des épices habituelles, il y ajoutait de la cardamome lui donnant son goût sucré et sa couleur marron clair.

Les bols de nouilles au bœuf y sont ainsi très parfumés, laissant un goût à la fois léger et appétissant. Deuxième astuce chuchotée par le chef: pour sa dégustation cette fois-ci, il est conseillé de prendre une petite cuillère de vinaigre au lieu du citron.

Là, vous comprendrez pourquoi Pho Suong porte ce nom. L’enthousiasme et l’énergie du personnel ajoutent également une touche positive et atypique à l’expérience. Pour le vérifier par vous-même, rendez-vous au 26, rue Nguyên Hông.

Chè 16
(16, rue Ngô Thi Nhâm)

Si le thé se compose d’une vaste gamme de boissons aromatiques obtenues par infusion ou perco-lation d’eau, le chè est, quant à lui, un mélange de fruits, confitures, lait...  

Quand il fait chaud, le chè est le parfait désaltérant. Il en existe beaucoup de sortes, mais si vous appréciez les ingrédients traditionnels (haricots noirs, haricots verts, lotus…), Chè Muoi Sáu est l’endroit idoine pour vous.

Situé au croisement des rues Ngô Thi Nhâm et Lê Van Huu, Chè Muoi Sáu est l’un des plus anciens restaurants de chè avec 30 ans d’existence. "Je fais partie de la deuxième génération de cette enseigne de +chè+", nous a confié son propriétaire actuel. Avant de partir, son père lui a transmis tout son savoir-faire.

Dix à vingt-cinq mille dôngs seulement suffisent pour déguster un chè. Lorsque la chaleur se fait intense, il est recommandé de tester le chè noir. Une recette mélangeant graines de lotus, perles d’agar-agar noires, noix de coco et lait de coco. Et, lorsque la météo se fait plus fraîche, accompagnez votre chè d’un bánh trôi (boulette farcie d’un morceau de sucre et pochée dans l’eau bouillante).
 
Texte et photos: Yên Chi - Thùy Anh - Thanh Thuy/CVN





 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

Le parc floral de Hô Tây, une destination prisée à Hanoï D’une superficie de 7.000 m², le parc floral de HôTây, dont les espèces varient au gré des saisons, attire de nombreux Hanoïens mais aussi des visiteurs de tous les coins du Vietnam.