19/11/2017 16:37
Pour consolider la Francophonie en Asie-Pacifique, un plan quadriennal est mis en œuvre, avec un rôle essentiel donné au Vietnam, le noyau dur de la Francophonie dans la région. Avis de responsables.
>>Le VIIe Sommet de Hanoi : regards sur un parcours de 20 ans
>>Vietnam, un acteur majeur de la Francophonie
>>La vitalité de la Francophonie au Vietnam
>>Bùi Trân Phuong, une femme qui œuvre pour le partenariat francophone
>>Séminaire régional de recherche francophone 2017
>>Pour promouvoir le français en contexte plurilingue

Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Dr. Eric-Normand Thibeault, directeur-représentant régional du Bureau pour l’Asie et le Pacifique de l’OIF.

Certains chercheurs identifient la région Asie-Pacifique en périphérie du noyau dur de la Francophonie. L’exposition à la langue française - qu’elle soit audible, visible - est moindre que dans les pays où le français est une langue nationale, ou une langue enseignée dans le système éducatif ou présente dans les médias et dans la vie quotidienne. Ainsi, l’exposition pour un jeune homme, une jeune femme à la langue française en Asie est réduite, restreinte. Et c’est pour cela que l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), tout comme les autres institutions, collectivités locales et organisations internationales opérateurs des Sommets de la Francophonie doivent obligatoirement bien cibler nos publics restreints. Nous devons aussi multiplier nos efforts pour répondre aux besoins des jeunes en termes de mobilité, en leur donnant une capacité accrue à pouvoir poursuivre des études à l’étranger, à travailler ou voyager à l’étranger, mais également en les aidant à recevoir des étrangers, des visiteurs, des touristes et par la fourniture de services en langue française.

L’OIF au niveau des chefs d’État et de gouvernement valident une programmation sur une base quadriennale, dont les activités couvrent la période 2015-2018. Nous arrivons au terme de ce cycle de programmation, et le 22 novembre, j’interviendrai en visioconférence à la demande de la Commission de la coopération et de la programmation pour présenter les grandes lignes du plan d’action à rayonnement régional de notre bureau pour la région d’Asie-Pacifique.

Au cours des six prochains mois, avec nos partenaires, qui incluent les ministères de l’Éducation, des Affaires étrangères des pays de la région, à savoir le Cambodge, le Laos, le Vietnam et le Vanuatu comme pays membres, un pays associé qu’est la Nouvelle-Calédonie et deux pays observateurs : la République de Corée et la Thaïlande, nous allons nous réunir début décembre avec les correspondants nationaux de ces pays pour établir un bilan de la programmation en cours. Nous tirerons des leçons des difficultés que l’on a rencontrées et proposerons des mesures d’atténuation face à ces défis. Nous exploreront également les grands axes de la prochaine programmation qui couvrira la période 2019-2022. Cette prochaine programmation sera validée par les chefs d’État et de gouvernement lors du prochain sommet qui se tiendra en octobre 2018 en Arménie. Les grands axes seront essentiellement le renforcement et la promotion de la place de la langue française dans le système éducatif ; la promotion des échanges commerciaux entre le Vietnam, le Cambodge et le Laos ; et les enjeux colossaux auxquels on fait face - ou les générations suivantes vont faire face - par rapport aux changements climatiques.

Les enjeux du développement durable sont au cœur de nos discussions, de nos échanges mais également des actions que nous portons et qui rayonnent ici au Vietnam à l’égard de la promotion de la diversité culturelle, en encourageant les jeunes, les journalistes, à parler au moins deux langues étrangères, sinon trois. Et tant mieux si Le Courrier du Vietnam poursuit le rayonnement de la langue française ou s’il peut intéresser d’autres personnes qui ne parlent pas la langue française mais sont francophiles. On peut bien le voir avec TV5monde, avec des émissions en français sous-titrées en vietnamien. Et inversement, la langue vietnamienne fait partie des 11 langues sous-titrées par TV5monde qui diffuse dans 184 pays.

En parallèle, je voudrais évoquer l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) - qui comptera bientôt plus de 800 universités membres - et également l’Association internationale des maires francophones (AIMF) et ses collectivités locales mais également les députés, les représentants de la Chambre à l’Assemblée nationale pour tous les volets, la législation et le rôle de l’État en matière de régulation. Donc, nous nous concertons sous l’égide de la Secrétaire générale Michaëlle Jean, sachant que ces décisions de programmation de budget d’opération et de mise en œuvre relèvent des chefs d’État et de gouvernement. Une fois ce processus terminé, on pourra avoir de très bonnes précisions de nos missions, de la déclinaison de ces missions en grands objectifs stratégiques à l’horizon de la prochaine programmation 2019-2022.

Le Vietnam, un noyau de la Francophonie en Asie-Pacifique

Nguyên Thiêp, ambassadeur et correspondant national du Vietnam auprès de l’OIF.

Il faut rappeler qu’une organisation francophone ne serait pas aboutie si elle ne contenait pas de membres d’Asie-Pacifique. De même, il est difficile d’imaginer une communauté francophone régionale sans le Vietnam. Ce pays est considéré comme l’un des noyaux de l’OIF en Asie-Pacifique du fait de ses contributions durables et majeures à cette institution.

Ce n’est pas par hasard si le premier Sommet de haut niveau en Asie s’est tenu au Vietnam, et que les Vietnamiens aient occupé ensuite différents postes au sein de l’OIF comme celui de président du Conseil permanent de la Francophonie (CPF) en 1996, président de la Conférence ministérielle de Francophonie de 1996-1997, vice-président de la Commission administrative et financière du CPF pour les deux mandats 2009-2011 et 2011-2013, membre du Conseil d’administration de l’AUF pour les périodes de 2013-2017 et 2017-2021, président du Réseau des structures et institutions nationales en charge de la Francophonie de la région Asie-Pacifique 2013-2016.

Dès le début des années 90, le Vietnam a été choisi pour installer les bureaux régionaux de l’Asie-Pacifique de l’OIF, AUF, etc.

Concernant les secteurs de langue, d’enseignement du français et de coopération dans la recherche, nous pouvons souligner le succès de deux programmes mis en œuvre par le ministère vietnamien de l’Éducation et de la Formation, en coopération avec l’AUF. L’un correspond aux classes bilingues à l’école primaire, au collège et au lycée avec 665 classes et plus de 17.000 élèves dans tout le pays ; l’autre concerne une cinquantaine de cursus universitaires dans divers domaines tels que les sciences, les technologies, la santé, etc… dont les cours sont proposés en langue française. Actuellement, le Vietnam est le premier pays francophone d’Asie en termes de nombre d’universités travaillant avec l’AUF, avec une quarantaine d’établissements. Ainsi, beaucoup d’échanges d’étudiants et de stagiaires ont lieu tous les ans entre des établissements de la région et plus de 800 universités francophones dans le monde. 

Pour la communauté francophone, le Vietnam est un membre actif et indispensable pour le développement de la Francophonie, surtout en ce qui concerne les projets de coopération trilatéraux en Afrique. De plus, les échanges commerciaux entre le Vietnam et les pays africains pendant ces cinq dernières années ont connu une croissance impressionnante.

En souhaitant pouvoir contribuer au maintien de la paix et de la sécurité dans le monde et montrer sa forte responsabilité vis-à-vis de la communauté internationale, le Vietnam participe depuis trois ans au projet portant sur l’observation de la paix dans l’espace francophone et mettra bientôt en place des actions concrètes visant au maintien de la paix, en coopération avec la communauté francophone.

En tant que vice-président de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) ayant rempli trois mandats consécutifs de 2007 à 2015, et actuellement de président régional de l’APF, le Vietnam a organisé bon nombre d’échanges entre des jeunes députés des pays francophones asiatiques et d’autres continents afin de débattre sur la législation, la surveillance et le renforcement du rôle des institutions démocratiques.

À ne pas manquer : les activités qui se sont déroulées dans la ville de Huê, un membre enthousiaste de l’AIMF. Cette ancienne capitale impériale du Vietnam a eu l’honneur d’organiser ces dernières années l’Assemblée générale et plusieurs réunions régionales, regroupant des membres venant d’Europe et d’Amérique, au service de l’AIMF.

Propos Recueillis par Hông Anh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.