03/08/2021 20:38
L’Agence française de développement (ADF) au Vietnam et le Groupe Électricité du Vietnam (EVN) viennent de signer une convention de crédit visant à financer l’extension de la centrale hydroélectrique d'Ialy. Dans une interview accordée à la Voix du Vietnam (VOV), Fabrice Richy, directeur de l’AFD Vietnam, nous apporte plus de précisions sur ce projet ambitieux.

L’AFD a signé une convention de crédit avec EVN le 29 juin dernier qui porte sur un financement de près de 75 millions d’euros, soit 1.900 milliards de dôngs, pour l’extension de la centrale hydroélectrique d'Ialy, et notamment pour l’acquisition des équipements les plus importants de cette centrale.

De plus, on va travailler avec EVN sur les aspects santé, sécurité, environnement et opération-maintenance grâce à une subvention qui a été attribué par l’Union européenne de deux millions d’euros.

On a commencé à instruire ce dossier en 2016, sur la base de plusieurs dossiers qu’on a traités avec EVN dont un premier prêt non souverain de l’AFD au Vietnam, c’est-à-dire sans garantie de l’État vietnamien, destiné à la construction de la centrale hydroélectrique de Huôi Quang en 2010. C’est très important parce que ça n’endette pas l’État vietnamien...

Fabrice Richy, directeur de l’AFD au Vietnam, et Nguyên Xuân Nam, vice-président dEVN, signent la convention d’un prêt de 74,7 millions d’euros visant à financer l’extension de la centrale hydroélectrique d'Ialy.
Photo: AFD/CVN

Comment évaluez-vous le rôle de la centrale hydroélectrique d'Ialy dans le processus de transition énergétique vers une économie bas carbone et durable au Vietnam?

Tout comme Huoi Quang, Ialy fait partie des centrales hydroélectriques multi-usages d'EVN. On est très fier de ce projet mais aussi de notre collaboration de longue date avec EVN. C’est une belle étape de franchie...

La centrale hydroélectrique d'Ialy joue un rôle absolument central dans le système électrique vietnamien, notamment dans la région du Centre. C’est une centrale qui régule l’ensemble du dispositif d’électricité dans le Centre du pays.

Elle est très importante parce qu’il s’agit d’une région qui a connu beaucoup de projets d’énergies renouvelables ces dernières années. Mais le vert renouvelable classique, c’est-à-dire le solaire et l’éolien sont en fait des énergies intermittentes. Et cette centrale va apporter une stabilité dans le réseau.

Ce projet permettra non seulement d’augmenter la production globale en profitant de l’excès d’eau (environ 10% chaque année), mais aussi de renforcer la régulation du système, la stabilité des fréquences. Il apportera plus d’énergies renouvelables à la région.

Parallèlement, tout un dispositif de suivi a été mis en place avec EVN sur les sujets d’opération et de maintenance pour maintenir la stabilité des turbines existantes et prolonger la durée de vie des équipements. C’est un aspect extrêmement important.

Du point de vue climatique, c’est un aussi projet essentiel parce qu’il va permettre de réduire les émissions d’environ 252 millions de tonnes de CO2 équivalents par an, ce qui est très important.

C’est bien sur important pour l’amélioration du mix énergétique du Vietnam. L’amélioration de ce mix énergétique est un des enjeux fondamentaux pour la lutte contre le changement climatique par la diminution de la production de CO2 en général et particulièrement au Vietnam. C’est donc un très bel exemple d’un projet «d’atténuation» que l’on a avec EVN.

La centrale hydroélectrique d'Ialy. Photo : VNP/CVN

On a vu la participation de la «Team Europe» en tant que partenaire clé du projet. Quelles sont ses activités?

D’une part, la Team Europe est un concept qui a été initié depuis maintenant deux ans par l’Union européenne et qui consiste à unir la force de l’Union européenne à celle des États membres sur des projets de lutte contre le changement climatique.

Dans le cas particulier d'Ialy, ça a permis d’apporter deux millions d’euros financés par l’Europe directement à travers l’AFD pour travailler avec EVN sur tous les dispositifs d’amélioration de maintenance, d’hygiène et sécurité. C’était aussi d’une volonté d'EVN qui a eu de l’expérience sur les autres barrages.

Avec EVN, on a fait un diagnostic et on a déterminé ensemble une stratégie pour améliorer tous ces aspects sur les nouveaux chantiers.

C’est un donc aspect extrêmement important et valorisant qui permettra de rapprocher EVN des standards internationaux en matière de santé et de sécurité des chantiers pour les personnes, de meilleure gestion des travaux, et de maintenance améliorée des équipements....

Votre agence travaille avec EVN depuis plus de 20 ans. Quelles sont les réalisations qui vous ont le plus marquées?

EVN est un partenaire majeur l’AFD. C’est grâce à nos relations de proximité extrêmement fortes qu’on a construit ensemble une relation de partenariat qui nous a permis de financer près de 400 millions d’euros au profit d’EVN.

On doit à nouveau signer encore deux importants accords d’ici la fin de l’année pour un total de 250 millions de dollars sur des sujets d’énergies vertes mais aussi d’amélioration du réseau d’électricité.

C’est vraiment un partenariat de toute première importance à la fois pour EVN et pour nous. Et c’est grâce à cette confiance entre nous, construite au fil des années et à la symbiose entre les équipes qu’on a pu franchir les nombreux obstacles administratifs qui se posent sur ce genre de prêt non souverain.

Comme il n’y a pas la garantie d’un gouvernement, il faut absolument avoir toutes les validations administratives qui permettent à EVN et à l’AFD de signer.

C’est grâce à cette confiance que l’on a pu réussir. Le projet d’Ialy est un des projets les plus importants que l’on ai signé. Et à titre personnel, c’est un événement majeur et marquant de cette période de quatre ans que je viens de passer au Vietnam.
 
VOV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.