20/03/2019 08:30
La France est attractive pour les étudiants vietnamiens. La prise en charge de la majorité des frais d’études par le gouvernement rend très abordables des diplômes internationalement reconnus.
>>Quand on veut, on peut
>>Sur le pont d’Avignon, on y danse, on y danse
>>Une belle jeunesse francophone à l’honneur

Quatre parmi les 7.000 étudiants vietnamiens faisant actuellement leurs études en France.

Sept mille étudiants vietnamiens suivent une formation en France. L’université publique reste pour eux la référence et ils se tournent en grande majorité (76%) vers les diplômes nationaux: licence, master et doctorat. Les grandes écoles françaises de commerce et d’ingénieurs, où les programmes en anglais sont plus souvent proposés, séduisent cependant de plus en plus les étudiants vietnamiens.

Ils étaient 25% l’année dernière à suivre un des 1.400 cursus disponibles en anglais, soit deux fois plus qu’il y a dix ans. Si la connaissance du français n’y est pas obligatoire, la plupart des établissements proposent l’apprentissage de cette deuxième langue internationale. 

La volonté commune des deux pays de nouer des liens plus étroits, en particulier dans le domaine de la connaissance, a suscité une coopération institutionnelle dense favorisant la mobilité et les échanges. De nombreuses formations délocalisées françaises au Vietnam ont ainsi été créées. Elles accueillent chaque année 3.000 étudiants vietnamiens.

Des formations de prestige

Ici comme en France, les établissements d’enseignement supérieur français proposent des programmes dans des domaines très variés. Que ce soit en ingénierie, en affaires, en sciences, en médecine, en hôtellerie, en agroalimentaire ou encore en design numérique, nombre de ces formations figurent dans les meilleures places des classements internationaux.

Comme tout étudiant en France, les jeunes Vietnamiens bénéficient d’une aide financière pour leur logement et d’une couverture sociale gratuite qui leur permet par exemple de ne pas avoir à avancer l’achat de médicaments dans une pharmacie. À la fin de leurs études, les diplômés de niveau master voulant trouver un emploi en France peuvent demander une autorisation provisoire de séjour valable 12 mois. Pour ceux tentés par la création de leur propre entreprise, il est possible de bénéficier du statut d’étudiant-entrepreneur, ainsi que d’aides à l’innovation.

Grâce aux services de Campus France, de l’Institut français du Vietnam (IFV) et du consulat général de France à Hô Chi Minh-Ville, quatre d’entre eux nous envoient de leurs nouvelles depuis la France (voir photo). 

Texte et photos: IFV à HCMV/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle