01/04/2017 17:52
La France doit se préparer d'urgence à la révolution robotique, car le pays a des atouts qui permettraient de compenser les très nombreuses destructions d'emplois attendues, a estimé vendredi 31 mars Bruno Maisonnier, entrepreneur qui a notamment créé les robots humanoïdes Nao et Pepper.
Bruno Maisonnier, patron et fondateur de la société Aldebaran Robotics, le 24 octobre 2012 au siège de sa société à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

De la même façon que la robotique a bouleversé le paysage industriel, "ça va faire la même chose (avec) le paysage de notre vie de tous les jours, le paysage commercial, le paysage marchand, avec des robots partout", a expliqué M. Maisonnier, qui participait à une présentation du salon parisien Innorobo dont l'édition 2017 aura lieu du 16 au 18 mai.

"La robotique, couplée avec l'intelligence artificielle, va +impacter+ (...) de 60 à 70% des métiers. Bien sûr, il y a de nouveaux métiers qui vont être créés (...), mais ça ne sera pas le même ordre de magnitude", le nombre d'emplois détruits devant être bien plus important que ceux qui seront créés, selon lui.

"Ca va nous amener une évolution de la société qu'il faut anticiper, parce ce que ce n'est pas pour tout de suite - il faut que les robots soient prêts, soient là, etc. -, mais c'est peut-être pour dans dix-quinze ans", a-t-il souligné. "On a souvent tendance soit à rejeter le sujet en disant +oh là là c'est pour dans très très longtemps+", mais c'est un longtemps qu'il faut préparer dès aujourd'hui !

Comme d'autres avancées technologiques avant elles, et malgré d'inévitables accidents à venir, la robotique et l'intelligence artificielle vont globalement amener "infiniment plus de bienfaits", a-t-il jugé.

La robotique "a des besoins spécifiques et particuliers" et son développement va demander de nouvelles technologies (moteurs, capteurs, etc.) qu'il reste à inventer, a relevé l'entrepreneur, estimant que "la France a tout le mix de compétences, de technologie, d'expertise (...) pour être le champion du monde de la robotique".

Le robot appelé "Nao" lors d'une démonstration à l'ambassade de France à Tokyo le 13 octobre 2010, effectuée par Aldebaran, autre société dirigée par Bruno Maisonnier.
Photo : AFP/VNA/CVN

"On a normalement tout ce qu'il faut pour que dans les années qui viennent, des millions d'emplois de la robotique soient créés en France. Parce que bien sûr que ça va créer des tas d'emplois, ou (les) remplacer, ou (les) changer, ou (les) faire évoluer, dans le monde", a-t-il estimé.

Mais la question, selon lui, c'est de savoir combien d'emplois seront créés et où : "peut-être 15% de ce que ça va détruire, dans quelques pays qui seront les champions du monde. C'est là qu'on a des cartes à jouer".

Bruno Maisonnier a notamment fondé Aldebaran, société de pointe dans le secteur qui a créé les robots humanoïdes Nao et Pepper. Il a revendu l'affaire en 2015 au groupe de télécommunications japonais SoftBank (qui l'a rebaptisée depuis SoftBank Robotics) et a fondé Another Brain, une entreprise spécialisée dans l'intelligence artificielle.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Tourisme post-COVID-19 : Dà Nang lorgne le marché singapourien Une conférence en ligne présentant l'offre touristique de Dà Nang sur le marché de Singapour a été organisée lundi 19 octobre par le Service du tourisme de Dà Nang et le Bureau commercial du Vietnam à Singapour.