23/06/2018 07:58
La nouvelle tendance de l’éducation 4.0 axée sur les technologies de l’information se fait de plus en plus présente dans les universités vietnamiennes. Objectif: préparer les étudiants au monde du travail à l’ère de la révolution numérique.

>>Éducation: améliorer l’environnement des affaires
>>Accentuer l’autonomie des universités
Pour s’adapter à la 4e révolution industrielle, le Vietnam devra restructurer son système d’éducation et de formation.
Photo: Phuong Nga/CVN

L’éducation universitaire 4.0 est un modèle éducatif intelligent qui met à disposition des étudiants les dernières innovations numériques et qui permet de connecter l’établissement aux enseignants, gestionnaires et entreprises. Grâce à ces outils numériques, les étudiants peuvent accéder à leurs cours en ligne à tout moment.

Les universités 4.0 sont autant un lieu d’étude et de recherche qu’un centre d’innovation et de création. Elles encouragent l’esprit “start-up” des étudiants afin de promouvoir le développement du pays dans le contexte de la 4e révolution industrielle.

L’École polytechnique relevant de l’Université nationale de Hô Chi Minh-Ville, fait partie des pionniers dans la réforme des méthodes pédagogiques. Ces dernières années, ses enseignants se sont efforcés de créer, durant les cours, des temps de débats et d’échanges entre étudiants afin d’améliorer leur compréhension du contenu des cours. 

Modèle de classe inversée

L’éducation 4.0 pousse l’étudiant à se responsabiliser vis-à-vis de ses apprentissages.
Photo: Thu Hang/VNA/CVN

Selon la Pr.-Dr Lê Ngoc Quynh Lam, responsable de l’assurance de la qualité dudit établissement, "avec la révolution industrielle 4.0, les étudiants doivent recevoir une formation et non pas un enseignement. Le contenu d’apprentissage doit être accessible et ce sont aux étudiants de chercher l’information plutôt que de la recevoir dans une structure rigide". Chaque étudiant est différent, chacun apprend et absorbe les connaissances en fonction de ses propres centres d’intérêt. La responsabilité de l’université est de les guider afin de développer au mieux leur potentiel. Dans l’optique de donner aux étudiants - les travailleurs de demain - les outils nécessaires afin de devenir des apprenants actifs, Lê Ngoc Quynh Lam et ses collègues ont proposé la mise en place des modèles de classe inversée et de laboratoire ouvert.

Le concept de classe inversée (flipped classroom) a émergé aux États-Unis en 1993 et s’y développe fortement depuis les années 2000. Il porte le message "c’est l’étudiant qui apprend" pour favoriser un apprentissage durable. L’enseignant présente un thème aux étudiants et ceux-ci doivent le préparer chez eux, avant de l’exposer à leurs camarades. Il joue donc le rôle de guide dans l’apprentissage.

Le principal avantage de ce modèle réside dans son contenu pédagogique standardisé et diversifié. Les interactions entre l’enseignant et l’étudiant sont continues et personnalisées. La vitesse et le niveau d’apprentissage dépendent alors des capacités de l’apprenant.

Des laboratoires ouverts

Le modèle de laboratoires ouverts a été déployé dans quelques universités vietnamiennes.
Photo: Bich Ngoc/VNA/CVN

L’École polytechnique de Hô Chi Minh-Ville a adopté un modèle de laboratoires ouverts pour faire le lien entre les modules de recherche spécialisés et multidisciplinaires et leur mise en pratique.

Les étudiants sont encouragés à réaliser des projets d’"apprentissage lié à la pratique" afin de réduire les écarts entre la recherche et la pratique et faciliter les rapports entre l’université et les industries. Les laboratoires disposent de divers équipements et notamment d’outils nécessaires aux modules expérimentaux dans un large choix de disciplines (électricité, électronique, mécanique, génie mécanique, génie physique, construction, transport, informatique, etc.).

----------------------

Les universités 4.0 sont autant
un lieu d’étude et de recherche
qu’un centre d’innovation et de création.
Elles encouragent l’esprit “start-up”
des étudiants.


--------------------------------------
 
D’après le Pr.-Dr Lê Hoài Bac, de la Faculté de technologies de l’information relevant de l’Université des sciences naturelles - Université nationale de Hô Chi Minh-Ville, "l’une des missions principales de la révolution 4.0 est d’obtenir les ressources humaines correspondant aux exigences de connaissances et de compétences des entreprises". Dans un contexte de production et d’application novatrice des connaissances, les changements dans les habitudes d’étude et de lecture des étudiants sont des conditions essentielles pour l’introduction des nouvelles techniques pédagogiques. Les universités veulent donner "le droit" à l’éducation pour encourager l’innovation.

La révolution industrielle 4.0 est à la fois un défi et une opportunité pour les universités.
Photo: Phuong Nga/CVN

L’infrastructure Internet au Vietnam s’est développée de manière fulgurante et le partage d’informations et de données est actuellement très rapide. La plupart des enseignants proposent leurs cours en ligne, les matériaux sont entièrement préparés et faciles à comprendre pour les étudiants qui en ont accès simplement depuis un ordinateur personnel, une école ou une bibliothèque.

Le Pr.-Dr Lê Hoài Bac a proposé la mise en place de salles de classe virtuelles. Grâce à l’installation du réseau sans fil, les étudiants ont accès aux ressources au sein et hors de l’école et sont également en lien continu avec les membres du corps professoral. Les enseignants doivent par ailleurs être formés aux nouvelles méthodes de l’enseignement 4.0. Il faut aussi instaurer des conférences numériques, développer des logiciels pour faciliter la gestion, l’interaction et l’évaluation des étudiants et mettre les universités en contact avec les entreprises...

Pour faire de l’éducation 4.0 une réalité, l’ensemble du système éducatif doit connaître beaucoup de changements: les données doivent être numérisées et analysées automatiquement et des logiciels doivent être développés et mis en fonctionnement pour correspondre aux besoins des universités.
 
Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
À la découverte de la vannerie des Nùng à Cao Bang

La salangane, poule aux œufs d’or de Côn Dao Côn Dao, en Mer Orientale, est un des fiefs des salanganes, ces sortes d’hirondelles marines qui produisent un nid de salive. Une denrée difficile à récolter qui se négocie à prix d’or en Asie.