20/03/2020 09:55
La flamme olympique atterrit vendredi 20 mars au Japon, où l'accueil festif prévu a été réduit à sa plus simple expression en raison de la pandémie de coronavirus, qui insinue le doute sur la tenue même des Jeux de Tokyo cet été.
>>COVID-19 : à quatre mois des JO de Tokyo, le CIO fait de la résistance
>>JO : le CIO se réunit, le scepticisme grandit au Japon sur le maintien
>>JO de Tokyo : la bataille est rude chez les Vietnamiens

Carte du Japon montrant le parcours de la flamme olympique, qui débute son parcours à Fukushima le 26 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Un crève-cœur", avait lâché mardi le directeur exécutif du comité d'organisation de Tokyo 2020, Toshiro Muto, en se résignant à annoncer des mesures destinées à limiter la propagation du nouveau coronavirus pendant le relais de la flamme à travers le pays. Déjà, ce feu symbole d'union de l'humanité dans l'esprit olympique avait été allumé sans public le 12 mars sur le site antique d'Olympie, en Grèce, où sévit aussi le virus meurtrier. Puis son périple sur le sol grec a dû être arrêté en raison d'une trop grande affluence.

Apparue en Chine en décembre, la maladie a tué près de 9.000 personnes à travers le monde, bouleversé les habitudes, fait se cloîtrer des pays entiers, tandis qu'elle menace de faire plonger l'économie mondiale en récession. En commençant son parcours dans ce que les Japonais appellent le Tohoku, ou région du nord-est, la flamme devait symboliser la reconstruction des zones dévastées par le gigantesque tsunami du 11 mars 2011, marquées aussi depuis par les séquelles de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Cérémonies annulées

Deux cents enfants de la région devaient accueillir à son arrivée sur une base aérienne de la préfecture de Miyagi la torche de couleur rose dorée, à l'image des cerisiers en fleurs attendus avec impatience chaque printemps au Japon. Ils resteront à la maison.

Et M. Muto, selon lequel le relais est "l'événement le plus important avant les Jeux" et doit ainsi "avoir lieu coûte que coûte", a dû énumérer d'autres dispositions peu réjouissantes. Un grand départ sans spectateurs le 26 mars dans la région de Fukushima depuis le J-Village, vaste complexe sportif transformé des années durant en quartier général des travailleurs chargés de sécuriser puis assainir la centrale nucléaire dévastée.

Un athlète assure le dernier relais de la flamme olympique avant la cérémonie de sa remise solennelle au Japon, le 19 mars à Athènes.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pas de spectateurs non plus aux départs et arrivées de chaque étape du relais, cérémonies d'accueil par les municipalités du parcours annulées, prise de température de chaque relayeur. Les spectateurs pourront suivre les coureurs depuis le bord de la route mais ont été priés de s'abstenir au moindre signe de maladie. "Évitez de former des foules" supplient aussi les organisateurs au Japon, où plus de 900 porteurs du virus ont été répertoriés avec 31 décès.

À 10.000 km, au sein d'une Europe devenue foyer majeur du virus, la Grèce a transmis jeudi 19 mars la flamme au Japon, dans un stade panathénaïque d'Athènes vide. C'est à Naoko Imoto, nageuse japonaise aux Jeux d'Atlanta en 1996, que la torche a été symboliquement remise. Les organisateurs nippons, dans l'impossibilité de se rendre en Europe du fait de la fermeture des frontières, ont fait appel à elle à la dernière minute car elle vit en Grèce.

Fronde chez les athlètes

La torche doit parcourir toutes les régions de l'archipel japonais jusqu'au 24 juillet, date prévue de l'ouverture à Tokyo du rendez-vous sportif le plus important du monde, aux énormes enjeux financiers. Mais pour beaucoup, le cœur n'y est plus tant le doute et l'incertitude progressent sur le maintien de l'événement.

La perchiste grecque Katerina Stefanidi, médaillée de bronze aux Mondiaux de Doha en 2019, est hostile au maintien des Jeux de Tokyo.
Photo : AFP/VNA/CVN

Déjà une multitude de rencontres sportives ont été reportées à travers le monde, et non des moindres : l'Euro et la Copa America de football, Roland-Garros pour le tennis ou encore la course cycliste Paris-Roubaix. Pour les JO eux-mêmes il a fallu renoncer à certaines épreuves de qualification. Mardi 17 mars, le Comité international olympique (CIO) a jugé "pas nécessaire de prendre des décisions radicales", déclenchant une fronde parmi nombre d'athlètes.

"Je pense que l'insistance du CIO à maintenir sa ligne, avec tant de conviction, est insensible et irresponsable", a estimé l'ancienne hockeyeuse canadienne Hayley Wickenheiser, quadruple médaillée d'or aux JO et membre du CIO. "Le CIO nous demande de continuer à mettre en danger notre santé, celle de nos familles et des gens, juste pour s'entraîner chaque jour ?" a accusé sur Twitter la perchiste grecque Katerina Stefanidi. "Il n'y a aucune considération du risque qu'ils nous imposent", a encore fulminé la championne olympique 2016.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vivre vert, nouveau mode de vie chez les jeunes Vietnamiens

Hôi An parmi les trois meilleures villes du monde en 2020 La ville de Hôi An, province centrale de Quang Nam, a été nommée dans la liste des 10 meilleures villes 2020 par le magazine américain de tourisme Travel and Leisure.