23/03/2021 16:04
Le gouvernement finlandais a décidé lundi soir 22 mars de prolonger la fermeture de ses restaurants jusqu'au 18 avril.
>>Coronavirus : le point sur la pandémie dans le monde
>>La Finlande et l'Europe du Nord en tête des pays les plus heureux du monde
>>L'UE reprend la main sur la vaccination, le Royaume-Uni desserre l'étau
 
Les gens portent des masques pour prévenir l'infection au COVID-19 à Helsinki, en Finlande. Photo : AFP/VNA/CVN

La prolongation de la restriction des restaurants jusqu'au 18 avril a été jugée nécessaire en raison de la situation nationale du COVID-19. Les restrictions actuellement appliquées contre la pandémie devront prendre fin la semaine prochaine.

La Finlande a enregistré lundi 22 mars 430 nouveaux cas de COVID-19, avec un nombre record de 306 personnes hospitalisées, selon l'Institut finlandais pour la santé et le bien-être (THL).

Cette proposition du gouvernement doit être soumise mardi au Parlement.

Le gouvernement a également discuté d'autres mesures, y compris des restrictions sur les déplacements et l'obligation légale du port du masque, sans toutefois aboutir à un accord. Cette discussion sur ces sujets devra se poursuivre mardi 23 mars.

La Première ministre Sanna Marin s'est déclarée favorable à l'application de restrictions de circulation dans certaines zones, dont la capitale Helsinki.

Le 1er mars, le gouvernement finlandais a décrété l'état d'urgence en raison de l'aggravation de la situation pandémique. Le pays est entré dans une période de confinement pour une durée de trois semaines après que le Parlement, le 9 mars, a approuvé une proposition du gouvernement de fermer temporairement les restaurants, bistrots et cafés dans la plupart des régions.

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi

Une palette de programmes promotionnels chez Saigontourist Les établissements membres de Saigontourist proposent des programmes promotionnels du 1er avril au 30 juin. Des réductions allant jusqu’à 60% sont appliquées sur les tarifs de chambres, en plus d’autres services à prix cassés.