13/09/2019 08:10
La Fête de la lune ou de la mi-automne est essentiellement celle des enfants. Elle atteint son summum la nuit du 15e jour du 8e mois lunaire.
>>Ta Thi Oanh et ses gâteaux de lune
>>La rue de Hàng Ma miroite lors du Têt Trung Thu
>>Fête de la mi-automne: vitalité des jouets traditionnels

La Fête de la lune est célébrée aux environs de l’équinoxe d’automne, au moment où le Yin commence à prendre le dessus sur le Yang.
Photo : CTV/CVN

Je suis né dans le Vieux quartier de Hanoï, rue du Chanvre (Hàng Gai), là où se retiraient les lettrés confucéens et les mandarins peu fortunés. On y imprimait par xylographie des livres en idéogrammes, on y vendait du papier et des pinceaux pour écrire. Cet endroit avait une particularité que les jeunes générations arrivent difficilement à imaginer: chaque année, du 1er au 15e jour de la 8e lune, il se transformait en une véritable foire aux jouets en papier.

Têtes de licorne, lampions multicolores en forme de lapin, de crapaud, de poisson, de dragon, lampes à ombres chinoises mouvantes, que sais-je encore? Pendant la même période, on vendait des tam-tams à la rue des Tam-tams (Hàng Trông), des jouets en métal à la rue des Ferblantiers (Hàng Sat), des gâteaux à la rue du Sucre (Hàng Duong). Hanoï connaissait l’atmosphère d’allégresse du Têt, Nouvel An lunaire.

Atmosphère d’allégresse

En vérité, la Fête de la mi-automne, qui atteint son summum la nuit du 15e jour de la 8e lune, est elle-même un Têt (littéralement "nœud du bambou", désigne la limite entre deux périodes aux conditions météorologiques différentes, limite souvent marquée par des cérémonies et fêtes). Dans le cycle des saisons qui traduit l’alternance des principes Yang (mâle) et Yin (femelle), la tête de la mi-automne ou Têt Trung Thu est célébrée aux environs de l’équinoxe d’automne, au moment où le Yin (le froid, les ténèbres, la lune) commence à prendre le dessus sur le Yang (la chaleur, la lumière, le soleil).

La nuit du 15e jour, dans le ciel d’une pureté de cristal, la lune d’une rondeur parfaite brille avec un éclat féerique. En la contemplant dans toute sa splendeur, les lettrés composent des vers et goûtent de l’alcool de riz aux chrysanthèmes. Les gourmets se délectent de bulots farcis de hachis de porc cuits au bain-marie avec des feuilles de gingembre. Les astrologues en herbe observent le disque lunaire pour prédire l’avenir du pays. S’il resplendit d’un pur éclat, la récolte de riz sera excellente. S’il est jaune, les vers à soie donneront des cocons remarquables. S’il passe au vert ou au bleu, la famine sévira.

"Table des enfants", sur laquelle on expose le festin (bày cô).
Photo : CTV/CVN

Avec la lune, le dragon est à l’honneur parce qu’il apporte la pluie indispensable aux rizières et protège les importantes récoltes d’automne. La danse du dragon exécutée au cours de la Fête a perdu son sens rituel. La procession comprend en plus des étendards aux cinq couleurs, des lanternes figurant des fruits, des animaux aquatiques, une licorne (ou lion = su tu) représentée par sa tête en bambou et en papier prolongée par une bande d’étoffe rouge qui constitue la queue.

Palais du Crapaud

Aux légendes relatives à la fécondité comme celle du dragon, il faut encore mentionner le lièvre et le crapaud dont le Palais se trouverait dans la lune (Thiên Cung : Palais du Crapaud).

Selon un conte populaire, quand le Crapaud grince des dents en temps de sécheresse, l’Empereur du Ciel doit ordonner à ses dragons d’arroser de pluie la terre. D’aucuns croient que les lièvres, symbole de la piété bouddhique, conçoivent en regardant la lune.

La Fête de la mi-automne est essentiellement celle des enfants. De mon temps, chaque famille aisée organisait une "Table des enfants", sur laquelle on "exposait le festin" (bày cô) à leur intention : c’était une sorte d’arbre de Noël, dotée d’une autre signification. Sur cette table, on mettait des fruits de la saison (kakis, pommes-cannelles, pamplemousses…), des fleurs taillées dans les papayes vertes, des figurines en farine de riz teinté (pigeons, carpes, lièvres, chiens, chats…), des noix de coco transformées en lapins, des licornes ou des chiens au corps hérissé de poils faits de pamplemousses épluchées, des œufs de la fécondité aux cinq couleurs, des liasses de bâtons de canne à sucre rouge foncé, des gâteaux banh deo blancs et gluants, banh nuong jaunes et cuits au four de forme ronde comme la lune.

Les filles de la maison faisaient montre de leur adresse parce que le "festin exposé" était jugé par les visiteurs parmi lesquels des prétendants possibles. La fête durait tard la nuit tandis que dans la rue résonnaient les tam-tams, les gongs et les cymbales qui accompagnaient les processions de lampes.
 
Huu Ngoc/CVN
(Novembre 1994)
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Ban Giôc, les plus grandes chutes d’Asie du Sud-Est Situées dans la province septentrionale de Cao Bang, à la frontière avec la Chine, les chutes de Ban Giôc sont les plus grandes d’Asie du Sud-Est. C’est une destination formidable pour les touristes désireux de sortir des sentiers battus.