20/07/2018 14:08

>>Gabon : le nombre de malades de tuberculose est passé de 3.382 à 6.000 cas
>>Gabon : menace de grève générale illimitée à l'Assemblée nationale

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le gouvernement gabonais ont signé jeudi 19 juillet à Libreville un accord de coopération de l'ordre de 3,5 millions de dollars sur la lutte contre la faim, la malnutrition et la pauvreté. Il s'agit de la mise en oeuvre d'un projet de "Gestion durable de la faune sauvage pour l'amélioration des conditions de vie des populations locales". Cet accord a été paraphé entre le Coordonnateur du bureau sous-régional de la FAO, Hélder Muteia, et le ministre gabonais des Eaux et Forêts, en charge de l'environnement et du développement durable, Jacques Denis Tsonga. En Afrique centrale, ce projet concerne aussi la République démocratique du Congo et la République du Congo. Ce projet présente le double objectif de conserver la faune sauvage, les écosystèmes et les services qu'ils rendent, tout en améliorant les conditions de vie et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations qui dépendent de ces ressources pour leur bien-être. Pour cela, il vise plus spécifiquement à expérimenter une exploitation légale et durable par les populations rurales et autochtones d'espèces animales résilientes à la chasse, tout en augmentant ou en diversifiant les apports en protéines provenant de sources alternatives. Au Gabon, le projet sera mis en oeuvre par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), sous la supervision de la FAO, maître d'ouvrage du projet, et en collaboration avec deux autres partenaires du consortium concepteur du programme.


Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le tourisme vietnamien sera présenté en Chine en mai Le programme de présentation du tourisme vietnamien en Chine constitue le point d’orgue des activités la branche touristique dans les temps à venir. Cette information a été donnée par le porte-parole du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, Nguyên Thai Binh, lors d’une conférence de presse périodique de ce ministère tenue le 17 avril à Hanoï.