24/11/2019 10:57
Duong Lâm collectionne les médailles : reconnu site historique et culturel national en 2006, le village a depuis été distingué par l’UNESCO pour la richesse de son artisanat et son potentiel touristique. Comment les habitants gèrent-ils leurs métiers face à l’afflux de visiteurs ?
>>L’héritage culturel, un bien précieux à conserver
>>La sauce soja prend son envol à l’étranger
>>Nguyên Van Hung : "Grâce au tourisme, on a tout à gagner"

"Vous aurez beau avoir goûté aux bonbons du monde entier, rien ne pourra rivaliser avec le blé et la cacahuète de ma contrée". C’est sur cette présentation bien connue des habitants de Duong Lâm que Cao Van Hiên conclut la visite de son atelier de bonbons de la marque Hiên Bao. Là, des cartons ouverts regorgent de trésors que la terre produit aux alentours : sucre de canne, malt, arachides et graines de sésame se déclinent en différentes recettes (bonbons au sésame, à la cacahuète, etc.) proposées aux touristes gourmands en promenade à Duong Lâm. Sur les stands de souvenirs dressés dans le village, le paquet de bonbons remplace la carte postale.

M. Hiên présente ses bonbons de la marque Hiên Bao.
L’emblématique portique d’entrée du village et le vieux banian agrémentent les emballages plastiques cerclés de rouge de la marque. Ils renvoient à l’histoire d’un lieu et d’un savoir-faire que l’artisan soixantenaire relate avec fierté.

Depuis son enfance, Cao Van Hiên fabrique des bonbons dans le souci de préserver le savoir-faire traditionnel de ses ancêtres, remontant au XVIIe siècle. En 1632, la concubine du seigneur Trinh Trang (1557-1657) fit reconstruire la pagode Mia, bâtie pour la première fois sous la dynastie des Trân (1225-1400).

Elle y enseigna aux villageois comment cultiver la canne à sucre. Quelques siècles plus tard, les quarante années de métier de M. Hiên et de sa femme se heurtent aujourd’hui à la question de la transmission. En effet, leurs filles se sont lancées dans des études universitaires d’économie et de médecine.

Gastronomie locale et papilles japonaises

Pour pouvoir répondre aux nouveaux enjeux posés par l’élargissement des limites administratives de Hanoï depuis une dizaine d’années, les artisans du village ont bénéficié d’un système d’aides. Ce dernier permet de moderniser leurs outils afin de satisfaire la hausse de la demande, et d’associer productivité et qualité. Depuis 2012, l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) est notamment impliquée aux côtés du ministère vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural pour la promotion des villages de métier.

Du soutien à la restauration du vieux patrimoine bâti en latérite à la protection des savoir-faire artisanaux, la gastronomie locale ne déroge pas à la règle. Les Japonais représentent la première nationalité parmi les visiteurs étrangers, et les premiers acheteurs de pâtisserie ou de sauce soja, dont la méthode de fabrication fait elle aussi la réputation du village. Cette effervescence contribue notamment à développer les échanges entre les deux pays.

Les emballages des bonbons de la marque Hiên Bao.

Ainsi, la femme de Cao Van Hiên a fait des voyages à Kyoto et Nara en septembre dernier pour y présenter leurs produits. Les bonbons de la marque Hiên Bao ont même remporté le premier prix du Concours des produits touristiques de Duong Lâm organisé par la JICA en 2012. Ce titre figure en première place au milieu des nombreux certificats de qualité qui ornent les murs de l’atelier.

Le développement du tourisme permet à M. Hiên de se consacrer exclusivement à son activité artisanale qui génère des revenus jusqu’à dix fois supérieurs à ceux des producteurs agricoles de la région (riz, soja, arachide, maïs, manioc...).

Des habitants au four et au moulin

Si le parcours de M. Hiên est un exemple de réussite en matière de reconversion professionnelle, pour la majorité des artisans de Duong Lâm, il s’agit bien souvent de devoir cumuler les travaux dans les champs et l’accueil des touristes. Il est notamment demandé aux habitants de contribuer aux nouvelles perspectives de l’économie du village : commerces de rue, services proposés chez l’habitant, visites guidées des maisons anciennes par les propriétaires.

Pour Nguyên Trong An, chef adjoint du comité de gestion du site de Duong Lâm, cette reconfiguration nécessite d’accompagner les habitants dans cette voie en fournissant notamment des formations en matière de patrimoine. Il s’agit de maintenir l’intérêt des touristes, mais également celui de la nouvelle génération, sur laquelle reposent les enjeux de la transmission de ces savoir-faire ancestraux, en perte de vitesse.           
 
Texte et photos : Marylou Cler/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée de la campagne – un voyage dans la campagne d’autrefois

Le Parc national de Nui Chua développe l’écotourisme durable Pour promouvoir la valeur des ressources de la biodiversité et des paysages naturels, le Parc national de Nui Chua (province de Ninh Thuân) organisent divers types d'écotourisme dans le cadre du développement de l'écotourisme, selon Trân Van Tiêp, directeur adjoint du comité de gestion du Parc.