30/04/2020 18:04
Aux côtés des fronts militaire et politique, la diplomatie a considérablement contribué à la victoire glorieuse du peuple le 30 avril 1975, a déclaré le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Vietnam, Pham Binh Minh.
>>Quang Tri hisse le drapeau de la réunification nationale sur Hiên Luong
>>Symposium sur le rôle de la diplomatie dans la victoire du 30 avril 1975

Délégation du Vietnam à la Conférence internationale sur le Vietnam à Paris en mars 1973. 
Photo : BQT/CVN

Dans son article intitulée "La contribution de la diplomatie à la victoire historique du printemps 1975", le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Vietnam, Pham Binh Minh a réitéré le rôle pertinent du secteur diplomatique dans la construction d'un front populaire mondial pour soutenir pour le Vietnam dans la lutte contre les agresseurs américains, créant une position de "Lutte et négociation", qui a permis de mettre fin à la guerre avec l'accord de Paris en 1973, vers la victoire historique du printemps 1975.

Premièrement, a-t-il dit, la diplomatie a mobilisé le soutien politico-diplomatique et les énormes ressources matérielles des pays socialistes frères, en particulier l'Union soviétique et la Chine. Dans le même temps, l'établissement de relations d'amitié, de solidarité et d'entraide avec les forces révolutionnaires du Laos et du Cambodge a contribué à la victoire de la révolution dans chaque pays. Dans l'esprit "aider les autres, c'est comme s'aider soi-même", le Vietnam a coordonné et aidé le Laos à signer l'accord le 21 février 1973 pour mettre fin à la guerre du pays voisin et former un gouvernement de coalition, puis soutenu les forces cambodgiennes pour remporter la victoire finale en 1975.

Deuxièmement, nous utilisons la stratégie de ''lutte et négociation'' pour maximiser l'efficacité des victoires sur le champ de bataille à la table de négociation. La coordination étroite et rythmée des trois fronts militaire, politique et diplomatique a contraint les États-Unis à entamer des négociations selon les conditions du Vietnam, à signer l'accord de paix de Paris en janvier 1973 et à retirer des troupes du Vietnam tout en assurant la présence des forces révolutionnaires dans le Sud.

Troisièmement, la diplomatie a pris l'initiative et formé un front populaire mondial pour rejoindre le soutien du Vietnam contre les États-Unis. Dans le contexte de certaines fissures et désaccords entre les pays socialistes, le Vietnam a pratiquement contribué au renforcement de la solidarité et de la coopération entre eux et les mouvements communistes et les travailleurs internationaux, créant une base solide pour la cause révolutionnaire du pays.

Grâce aux activités très proactives du Vietnam, l'Union soviétique, la Chine, des pays socialistes et amis d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine et d'Europe, ont soutenu le Vietnam de diverses manières et de manière pratique. Des millions de personnes, des dirigeants et des politiciens comme le président cubain Fidel Castro, le Premier ministre suédois Olof Palme, aux citoyens, y compris les Américains, sont descendus dans les rues pour protester contre la guerre et soutenir la juste lutte du peuple vietnamien.

Après la signature de l'Accord de Paris en 1973, la diplomatie a rempli avec succès la tâche assignée par le Bureau politique, qui est ''d'utiliser intelligemment l'arme diplomatique pour hisser le drapeau de la paix, de l'indépendance et de la réconciliation nationale… clarifier la juste cause, obtenir la sympathie et le soutien des forces révolutionnaires et des peuples progressistes dans le monde''.

Quatrièmement, les travaux de recherche et de prévision stratégique de la diplomatie ont apporté un grand soutien aux fronts militaire et politique. Dans l'offensive générale et le soulèvement du printemps 1975, l'évaluation exacte des difficultés internes du gouvernement de Saïgon et de l'orientation de la politique régionale aux États-Unis, a aidé à prévoir avec précision les étapes de Washington et la possibilité d'un échec de l’intervention militaire des États-Unis.

Particulièrement, le vice-Premier ministre Pham Binh Minh a souligné qu’ ''avec la vision stratégique du Parti et le président Ho Chi Minh, dès les jours de guerre, nous avions prévu des mesures pour reconstruire le pays après la fin de la guerre, y compris l'établissement de relations coopération avec les pays, y compris les États-Unis et les pays participant à la guerre du Vietnam''.

Avec cette politique de diplomatie pacifique, a-t-il dit, nous avons créé les meilleures conditions pour le retrait des États-Unis, aidant ainsi à renouer les liens entre les deux peuples lorsque cela est possible. L'Accord de paix de Paris contient l'article 21 sur la contribution de Washington à guérir les blessures de guerre au Vietnam. La libération des prisonniers de guerre au cours de l'Accord a permis aux Américains d'évacuer les derniers citoyens et militaires de Sai Gon dans les derniers jours avant que le Sud soit totalement libéré, démontrant une volonté de paix et d'humanité, contribuant à normaliser les relations bilatérales à l'avenir.

Avec le principe cohérent des intérêts nationaux, une conduite habile et harmonieuse avec les grands pays et l'établissement de relations d’amitié et de coopération intégrale avec les pays voisins sont un élément indissociable de la diplomatie vietnamienne, a souligné le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Pham Binh Minh.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Post-COVID-19 : le delta du Mékong redynamise le tourisme L’Association du tourisme du delta du Mékong a lancé récemment à Cân Tho un programme promotionnel afin de relancer le secteur touristique local, sévèrement frappé par la pandémie de coronavirus.