19/04/2016 17:03
La crise migratoire sera au cœur de la session de printemps de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) qui se tient cette semaine à Strasbourg, en France.
>>La menace du terrorisme et la crise migratoire planent sur la session du Parlement européen

Le président de l'APCE, Pedro Agramunt.
Photo : AFP/VNA/CVN
Plusieurs personnalités, dont le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, s'exprimeront devant les représentants des 47 États membres de l'organisation paneuropéenne.

Dès l'ouverture de la session, lundi 18 avril, le président Pedro Agramunt de l'APCE a tiré la sonnette d'alarme sur les dangers de la crise migratoire.

L'Europe politique, enlisée depuis l'arrivée massive sur le "Vieux continent", l'an dernier, de près d'un million de réfugiés - notamment Syriens, ne parvient pas à trouver une solution efficiente.

Les divisions entre les États membres de l'Union européenne (UE) "créent un terreau fertile pour les discours politiques populistes. Ne sous-estimons pas les risques que pose l'essor des partis nationalistes et anti-immigration d'extrême gauche et d'extrême droite, qui prônent la fermeture de leurs pays", a prévenu le président.

C'est dans ce contexte qu'est annoncée la visite, mardi 19 avril, du Premier ministre de la Turquie, pays qui fait partie des 47 États membres du Conseil de l'Europe. Les parlementaires tiendront mercredi 20 avril un débat d'urgence sur "la situation des réfugiés et des migrants dans le cadre de l'Accord UE-Turquie du 18 mars 2016".

Cet accord, conclu entre les chefs d'État et de gouvernement de l'UE et Ankara, prévoit le renvoi vers la Turquie des migrants arrivés illégalement sur les îles grecques. En contrepartie, pour chaque Syrien renvoyé en Turquie, l'UE doit en réinstaller un autre depuis la Turquie. Cependant, l'accord peine à se mettre en place et subit toujours d'acerbes critiques.

Quelle réponse l'Europe doit apporter à la crise des réfugiés syriens ? Quels droits pour les réfugiés et les migrants dans les Balkans occidentaux ? Quid des migrations forcées ? Autant de questions doit également plancher cette semaine l'APCE.

Outre la question migratoire, celle du terrorisme et de la radicalisation - plus particulièrement celle des enfants - figure au premier plan dans l'ordre du jour de cette session de printemps. Un débat d'urgence intitulé "Après les attaques de Bruxelles, un besoin urgent de répondre aux défaillances de sécurité et de renforcer la coopération contre le terrorisme" aura lieu jeudi 21 avril.

Dans son discours, lundi 18 avril, le président Pedro Agramunt a mis en garde contre l'adoption de mesures et de politiques restrictives radicales.

Autres thèmes à l'agenda de la semaine : la question de la lutte contre l'antisémitisme en Europe et la gestion des urgences de santé publique de portée internationale.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.