03/03/2021 09:36
Alors que tout le pays se bat pour contenir l'épidémie de COVID-19, dans les laboratoires, les scientifiques travaillent jour et nuit pour trouver un vaccin.
>>COVID-19 : aucun nouveau cas n’est signalé le 2 mars
>>Commencer au plus tôt la campagne de vaccination

Des chercheurs de VABIOTECH effectuent des études de vaccin anti-COVID-19.
Photo : VNA/CVN

En 2020, un groupe de recherche de la société de production de vaccins et de produits biologiques VABIOTECH était au Royaume-Uni pour travailler sur les vaccins contre la rage et la grippe, lorsque le plan de recherche sur le vaccin contre le COVID-19 lui est arrivé.

Le chercheur Mac Van Trong, membre du groupe de recherche de VABIOTECH à l'Université de Bristol, a raconté : "La plus grande difficulté intervint lorsque l'Europe fut bloquée, toutes les activités de recherche durent alors être interrompues. L'équipe de recherche profita de chaque minute, de chaque heure, n'eut aucun jour de repos, ne dormit même que quelques heures chaque jour, pour terminer le plan. Car si les échantillons n'avaient pu être transférés à temps au Vietnam, les résultats de près de deux mois de recherche auraient été vains".

Ensuite, le groupe dut rester au Royaume-Uni pour profiter au maximum du temps pour mener le travail dans les meilleures conditions possibles. Ils choisirent le dernier vol commercial pour rentrer au Vietnam. Après 14 jours de quarantaine, les chercheurs reprirent le travail de toute urgence. Grâce à cela, à peine un mois plus tard, un vaccin candidat fut lancé pour des essais précliniques sur l'animal.

"La plus grande difficulté pour la recherche sur les vaccins est l'approvisionnement en matières premières, qui demeurent très limitées car le Vietnam doit en importer. La production à l'étranger est également perturbée et le transport est très difficile", a déclaré le docteur Dô Tuân Dat, président de VABIOTECH.

L’injection d'essai pour la 2e phase du vaccin Nano Covax à une volontaire à Hanoï.
Photo : VNA/CVN

La Compagnie de biotechnologies pharmaceutiques NANOGEN est également l'une des unités qui ont commencé les recherches sur un vaccin anti-COVID-19 dès le début de l’épidémie, en janvier 2020.

Selon son directeur général Hô Nhân, le 15 mai 2020, NANOGEN a été chargée par le ministère des Sciences et des Technologies de rechercher un processus de production d'un vaccin.

En juin 2020, la société est déjà parvenue à créer un produit pour des tests sur l’animal. Son vaccin Nano Covax a officiellement été testé le 17 décembre 2020 sur trois volontaires.

Le 26 février, l’Institut militaire de recherche médicale et pharmaceutique de l'Académie de la médecine militaire a commencé la deuxième phase d’essai clinique du Nano Covax développé par NANOGEN.

Pendant la première phase d’essais cliniques sur l’humain, la vaccination a été effectuée sur 60 volontaires avec trois doses différentes. L’efficacité est allée jusqu'à 90%. Ces réalisations, obtenues en un an seulement, illustrent les efforts remarquables d'une entreprise privée qui a reçu une tâche de recherche importante assignée par l'État.

Un volontaire s’inscrit pour les essais du vaccin Nano Covax, à Hanoï.
Photo : VNA/CVN

Deuxième phase d'essai du vaccin Nano Covax sur l'humain 

Expliquant la raison de cette rapidité, le Docteur Dô Minh Si, directeur pour recherche et développement de NANOGEN, a déclaré que la société maîtrisait la technologie depuis dix ans. Par conséquent, elle n'a besoin que de cinq à six mois pour être en mesure de produire un vaccin candidat.

En plus de la course contre la montre, les chercheurs doivent également faire face à un autre défi majeur qui est l'évolution continue du virus.

Avec le vaccin Nano Covax de NANOGEN, les chercheurs vietnamiens ont montré leurs efforts inlassables de se rapprocher de leurs homologues dans des pays développés.

En raison des ressources limitées, les chercheurs vietnamiens ont rencontré plusieurs difficultés. Par exemple, le Vietnam ne disposait pas d'un laboratoire suffisamment grand pour effectuer des tests sur des singes et rats, alors qu'il était incapable d'envoyer des échantillons à l'essai aux laboratoires étrangers dans le contexte de distanciation sociale.

Une experte de VABIOTECH teste la quantité de protéine dans le vaccin anti-COVID-19.
Photo : VNA/CVN
Les scientifiques de NANOGEN ont surmonté ce défi en se coordonnant avec l'Institut national d'hygiène et d'épidémiologie pour utiliser la salle de biosécurité comme lieu de culture virale et d'effectuer des tests sur des hamsters, conformément aux conditions du laboratoire.

"D'autres pays ont consenti d'énormes investissements dans la recherche de vaccins sans savoir si les résultats de ces essais seront couronnés de succès ou non. Le Vietnam, avec des conditions limitées, ne peut pas faire un investissement aussi risqué", a indiqué le président de VABIOTECH, Dô Tuân Dat.

"Le Vietnam ne songe pas à devenir le leader mondial dans la production de vaccins, mais souhaite toujours se rapprocher d’autres pays et prendre une longueur d'avance en prenant un raccourci", a-t-il déclaré.

Une fois qu'un vaccin sera trouvé, une nouvelle question se posera au sujet de la production, car elle nécessitera un investissement énorme, afin de répondre aux critères de rapidité et d'efficacité.

"La préparation du personnel et du matériel pour une production la plus rapide possible a été mise en place depuis le processus de recherche" , a partagé le président de VABIOTECH.

Selon des experts, la rapidité du Vietnam dans la recherche d'un vaccin contre le COVID-19 n'est pas surprenante car le pays a déjà des expériences dans la recherche et la production de vaccins. Le Vietnam est capable de produire lui-même 10 des 11 vaccins du Programme national de vaccination élargi.

Actuellement, le Vietnam compte quatre fabricants qui recherchent des vaccins contre le COVID-19 suivant différentes directions technologiques, à savoir VABIOTECH, IVAC, NANOGEN et POLYVAC. Des experts estiment que les technologies utilisées sont toutes modernes et que le rythme de travail des quatre fabricants sont conformes aux plans proposés. La plupart des vaccins candidats développés au Vietnam s’avèrent sûrs et efficaces, et même face à de nouveaux variants. Cependant, une surveillance et une évaluation à long terme sont toujours nécessaires.

Pham Van Tac, chef du Département des technologies scientifiques et de la formation du ministère de la Santé, a déclaré que la recherche de mesures antiépidémiques était un objectif clé du Vietnam ainsi que d'autres pays du monde entier. En plus de ses réalisations dans le contrôle de l'épidémie, le Vietnam est fier d'être l'un des rares pays au monde à avoir progressé dans la recherche et le développement de vaccins. 
VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La collection unique de statues de buffles du peintre-artisan Nguyên Tân Phat

Ouverture de l'Année nationale du tourisme 2021 dans la province de Ninh Binh La cérémonie d'ouverture de l'Année nationale du tourisme – Fête de Hoa Lu 2021 sur le thème "Hoa Lu - Ancienne capitale millénaire" a eu lieu le 20 avril dans la commune de Truong Yen, district de Hoa Lu, province de Ninh Binh (Nord).