13/08/2017 00:21
La Cour d'appel du Cambodge a maintenu le 11 août la sentence d'un tribunal inférieur qui condamne, par contumace, Sam Rainsy, ancien président du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), principal parti de l’opposition, à 20 mois de prison pour avoir diffamé le Premier ministre Hun Sen.
>>Le Sénat cambodgien adopte l’amendement de la loi sur les partis politiques
>>Cambodge : les résultats des communales sont connus, le PPC les accepte

Sam Rainsy, ancien président du parti de l'opposition CNRP.
Photo : AFP/VNA/CVN

En mars dernier, le Tribunal municipal de Phnom Penh a condamné Sam Rainsy à 20 mois de prison et lui a infligé une amende de 10 millions de riels (2.500 dollars) pour avoir accusé le Premier ministre Hun Sen et le gouvernement cambodgien d’être derrière le meurtre de l'analyste politique Kem Ley.

Sam Rainsy a été accusé de diffamation et d'incitation à provoquer un chaos social conformément aux articles 305, 494 et 495 du Code pénal du Cambodge. Il vit en exil depuis novembre 2015 pour éviter un emprisonnement de deux ans pour avoir diffamé le vice-Premier ministre Hor Namhong. Il a également reçu d'autres sentences au Cambodge.

Le 11 février 2017, il a déclaré démissionner du poste de président du CNRP et le quitter pour éviter que ce parti ne soit dissous dans le cadre de la nouvelle Loi sur les partis politiques, approuvée le 20 février.
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand l’héritage architectural français au Vietnam se dévoile

Dà Nang vise neuf millions de touristes d'ici 2020 La ville de Dà Nang est devenue une destination populaire pour les touristes nationaux et étrangers ces dernières années. La ville a été honorée l'année dernière comme "la principale destination en Asie en termes de festivals et d'événement festifs", lors du gala du Prix mondial de Voyage - Asie & Australie.