11/02/2016 07:11
Dans la vie des pêcheurs de l’île de Ly Son, province de Quang Ngai (Centre), la conque est à la fois un objet familier et sacré. On l’utilise pour les cérémonies, et aussi lors des sorties en mer. Un héritage de la légendaire Flottille royale de Hoàng Sa (Paracel).
>>Nécessité de préserver la culture maritime et insulaire
>>Rites et tabous des pêcheurs pour un bon départ au large

Chaque année, dans le district insulaire de Ly Son, province de Quang Ngai (Centre) se tient, les 15e et 16e jours du 3e mois lunaire, la cérémonie en mémoire des soldats morts en mission à Hoàng Sa. Lors de cette manifestation, un vieil homme en tenue traditionnelle, avec un turban sur la tête, souffle dans une conque.

Celle-ci est un mollusque dont le coquillage est utilisé comme instrument de musique à vent et où l'instrumentiste souffle pour produire le son selon le même principe que la trompe de chasse ou la corne. C'est un des plus anciens instruments de musique. Il est possible d'obtenir plusieurs tons en bouchant plus ou moins le pavillon avec la main.

Depuis 60 ans, l’octogénaire Vo Chu et sa conque sont inséparables.
Photo : Phuoc Ngoc/VNA/CVN

L’octogénaire, dénommé Vo Chu, s’est vu confier par les habitants locaux la mission de joueur de la conque lors de cette cérémonie. «Pour nous, la conque est indispensable. Car ce coquillage était utilisé autrefois par les soldats de la Flottille royale pour communiquer entre eux. Elle nous relie au passé», explique-t-il.

Un des plus anciens moyens de communication

Vo Chu a été choisi comme souffleur de conque il y a… 60 ans.  Avec l’octogénaire Nguyên Câu, président du comité d’organisation de la cérémonie en hommage des soldats en mission à Hoàng Sa, Vo Chu raconte une histoire intéressante sur la signification de la conque dans la vie spirituelle des gens de Ly Son.

D’après eux, dès les Seigneurs Nguyên (1600-1802), une Flottille royale a été mise sur pied, avec comme mission d’ériger des bornes frontalières, de mesurer les lignes maritimes et de dresser la cartographie des eaux dans l’archipel de Hoàng Sa.

Au départ de l’île de Ly Son chaque année, cette flottille, composée aussi de spécialistes de la pêche en mer, a opéré pendant trois siècles : depuis les Seigneurs Nguyên jusqu’à l’époque des Tây Son (1778-1802), puis ensuite sous la dynastie des Nguyên (1802-1945). Durant leurs longues missions, les équipages des différents bateaux emportaient toujours de grosses conques, pour communiquer entre eux.

Souffler dans la conque est indispensable lors de la cérémonie en mémoire des soldats de la Flottille royale de Hoàng Sa. Photo : Anh Tuân/VNA/CVN

Déclamant deux vers : «Mon chéri, j’entends la conque. Laisse-moi partir en mer pour protéger la souveraineté de Hoàng Sa», Vo Chu explique que c’est ce qu’un père disait à son fils à l’heure du départ. «Autrefois, le bruit de la conque marquait l’heure du départ d’une longue mission de la Flottille royale. Et tous les membres de l’équipage apportaient chacun une conque qui était utilisé comme moyen de communication. Car en mer, sirène, klaxon, cor ou tambour ne sont pas plus efficaces», raconte le vieil homme.

L’octogénaire Nguyên Câu précise que le coquillage était utilisée pour retrouver les bateaux égarés, signaler l’apparition de navires suspects, et ce pas seulement par la Flottille royale mais aussi par les pêcheurs. On annonçait aussi la mort de marins en soufflant un coup.

La conque est ainsi devenue un objet à la fois familier et sacré pour les gens de Ly Son. Actuellement, dans ce district insulaire, chaque commune a son propre groupe de souffleurs de conque en charge des cérémonies de la commune. Certains sont aussi mobilisés dans la troupe des «gardiens de l’ordre».

«Malgré la présence de moyens de communication modernes, nous préférons utiliser la conque la nuit pour signaler des voleurs», confie Trân But, président du Comité populaire de la commune d’An Vinh.                        

Linh Thao/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.