27/03/2018 11:41
Avec une qualité de production croissante, les films vietnamiens ont bon espoir de figurer à la première place du box-office au Vietnam pour le mois de mars et ce malgré les blockbusters étrangers qui sont sortis, sortent ou vont sortir en salle.
>>Un film vietnamien en compétition au Festival Guro de Séoul 2018
>>Projections de films pour célébrer le Nouvel An lunaire 2018


L'affiche du film "Ông ngoai tuôi 30" du réalisateur Vo Thanh Hoà (gauche) et celle du film "Thang nam ruc ro" du célèbre réalisateur Nguyên Quang Dung.
Photo: TGĐA/CVN

Ça ne sera certes pas facile mais la plupart des professionnels du domaine misent sur la présence d’éléments culturels nationaux pour fédérer un public autour de "l’âme vietnamienne" dans le cinéma.

En règle générale, mars est le mois durant lequel les cinéastes sortent les films ayant le potentiel de devenir des "classiques". Sur la même période, outre les films vietnamiens, les spectateurs auront l’occasion de découvrir 20 blockbusters étrangers.

Les films vietnamiens
s’efforcent d’attirer le public


En ce moment, cinq nouveaux films vietnamiens sont à l’affiche afin de rivaliser avec les productions étrangères.

En projection officielle depuis le 9 mars, on trouve "Thang nam ruc ro" (Les mois ensoleillés) du célèbre réalisateur Nguyên Quang Dung. Ce film raconte la jeunesse et l’amitié d’un groupe de jeunes filles surnommé "Cheval sauvage". C’est un chef d’œuvre d’émotion renvoyant le spectateur à la nostalgie de sa propre jeunesse.

En outre, deux autres films prometteurs sont attendus le 30 mars prochain: "Yêu em bât châp" et "Ông ngoai tuôi 30".

Une affiche du film vietnamien "Yêu em bât châp" du réalisateur Van Công Viên.
Photo : BHD/CVN 
"Yêu em bât châp", du réalisateur Van Công Viên, est adapté du script du film sud-coréen "My Sassy Girl" ("Cô nàng ngô ngao" en vietnamien ou "Mon effrontée" en français) de Kwak Jae Yong. Le film est centré sur un jeune étudiant à l’avenir incertain, un certain Minh Khôi interprété par le chanteur Hoài Lâm, et la relation qu’il entretient avec une jeune fille campée par l’actrice Ngoc Thanh Tâm.

Adapté du film "Scandal Makers" (2018), "Ông ngoai tuôi 30" (Grand-père à 30 ans) du réalisateur Vo Thanh Hoà, place le chanteur Trinh Thang Binh dans le rôle d’acteur principal aux côtés de Kiêu Trinh et de la petite fille Coca Hoang Gia Bao...

Avec deux scénarios inventifs, ces adaptations cinématographiques vietnamiennes comptent surfer sur la réputation des films originaux pour rassembler un maximum de spectateurs.

À leurs côtés, l’œuvre "Nhung cô gai và gang to" (Les filles et le gangster - film issu de la coopération entre Hong Kong (Chine) et le Vietnam sous la direction de Hoàng Chân Chân) s’inspirant du film américain "Hangover" et de "100 ngày bên em" - "100 jours avec toi" (du réalisateur Vu Ngoc Phuong et projeté depuis le 24 mars).

L’arrivée des blockbusters étrangers

En ce mois mars, près de 20 films étrangers sont sortis, sortent et sortiront tour à tour pour conquérir le public vietnamien. Le film "Tom Raider", projeté depuis le 16 mars, se révèle être un concurrent des plus sérieux.

Une affiche du  film «Tom Raider». 
Photo : TRM/CVN

Créant une certaine émotion dans le public avec 3 beaux-frères d’origine vietnamienne, "Pacific Rim : Uprising" (Rives du pacifique : La révolte) semble également attirer l’attention des masses.

Pour les adeptes des films représentés aux Oscars, "Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance" semble tout indiqué pour la subtilité dont le réalisateur fait preuve dans la mise en scène d’un drame issu d’une histoire vraie, celle d’une mère cherchant à obtenir justice à propos du viol et de l’assassinat de sa fille.

On peut encore citer les films d’horreurs étrangers comme "Looking Glass" (Le mystère derrière le mirroir), "Detective K : Secret of the Bloodsucking Demon" (Détecteur K: la vengeance du démon), “Winchester”, “Lodgers”, “The Cured” (Cadavre vivant), “The Strangers : Prey at Night”, “3am Bangkok Ghost Stories”…

Vers une bonne surprise pour les films vietnamiens ?

Les artistes du film vietnamien «Thang nam ruc ro».
Photo : TTT/CVN 

La concurrence des films vietnamiens et étrangers se durcit de semaine en semaine. Dans cette course, on prévoit un succès monstre pour le film vietnamien "Thang nam ruc ro" devenu un film cardinal pour l’industrie cinématographique du Vietnam en termes de préventes et de réservation en battant tous les records. Le 11 mars dernier, il avait attiré près de 50.000 spectateurs pour une recette de 35 milliards de dôngs.

En plus d’une réussite sans appel pour le film, ce phénomène semble augurer un retour en force des productions nationales ayant pris ombrage d’Hollywood.

Une analyse pertinente de cette tendance montre l’attachement profond du public aux projets cinématographiques nationaux et, par extension, à la langue et la culture du Vietnam.

Nguyên Tùng/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Un Depuis 15 ans, chaque dimanche matin, les philatélistes de la capitale se donnent rendez-vous dans un petit café de la rue Triêu Viêt Vuong. Rassemblés sur le trottoir, ils boivent du thé et du café tout en échangeant des timbres.