14/03/2018 17:15
Pour enrichir les connaissances des enseignants et des étudiants dans la communication, l’Université de Hanoï, en partenariat avec la Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC), a organisé le 14 mars une conférence sur le thème "Les métiers de communication : tendances et interrogations contemporaines".

>>Formation à l’utilisation du guide sur la démarche-qualité à Hanoï
>>Un atelier de formation francophone sur la démarche-qualité à Hanoï
 

Des enseignants francophones lors de la conférence "Les métiers de communication : tendances et interrogations contemporaines", le 14 mars à Hanoï

La communication est un de ces métiers prometteurs et le français, un moyen linguistique donnant accès aux connaissances francophones avancées pour répondre aux demandes d’une économie émergente comme celle du Vietnam. Elle sera donc une compétence tout à fait bienvenue pour renforcer l’employabilité et la compétitivité des diplômés francophones.

Cependant, ce nouveau domaine doit faire face actuellement à une pénurie de personnel qualifié : des postes de cadre supérieur ou de responsable de communication au sein de ces entreprises sont souvent occupés par des étrangers, et dans certains cas, par des Vietnamiens ayant suivi des formations initiales en communication à l’étranger. En général, le personnel qualifié en communication d’entreprise au Vietnam est encore modeste, ce qui peut s’expliquer partiellement par une absence de formation en la matière.

Une nouvelle licence de formation
 

Le Professeur Daniel Raichvarg partages ses expériences lors de la conférence.

Dans ce contexte, s’inspirant des formations en communication d’entreprise des universités de prestige en France et en Belgique, l’Université de Hanoï (UH) et le Département de français ont décidé d’ouvrir en 2016 une formation spécialisée en communication des entreprises. Elle permet aux apprenants d’acquérir des savoirs et savoir-faire de base dans le domaine, qui combinent la théorie et la pratique, et qui accordent une importance non seulement aux compétences linguistiques et professionnelles, mais aussi aux compétences transversales.

"Depuis 2010, nous cultivons des relations de coopération avec l’Université libre de Bruxelles (Belgique) pour la formation en communication des entreprise. Nous avions six ans pour chercher et former des enseignants dans ce domaine. En 2016, la première promotion de licence en communication des entreprises s’est ouverte, avec un nombre modeste d’étudiants. Depuis, une centaine de jeunes sont formés", a informé Nguyên Thi Cuc Phuong, directrice adjointe de l’Université de Hanoï (HU).

En formation de communication en entreprise, l’UH reçoit le soutien précieux de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC), notamment de son président, Daniel Raichvarg, Professeur de l'Université Bourgogne-Franche-Comté. À noter que la SFSIC réunit beaucoup de chercheurs dans les sciences et la communication. Ce professeur a aidé activement les enseignants de l’HU à mener des recherches scientifiques. Ainsi, trois d’entre eux ont publié des articles dans la revue de SFSIC. Cette société, pour sa part, a envoyé ses experts à l’université pour améliorer les capacités de formation.

Partenariat franco-vietnamien
dans la communication


"Par l’intermédiaire de ma société, l’UH a noué des partenariats avec trois universités francophones, à savoir l’Université de Toulon, l’Université Paris 13 et l’Université Grenoble-Alpes, qui sont très expérimentées dans ce domaine", a partagé le Professeur Daniel Raichvarg.

"Grâce à l’allocation de l’Agence universitairede la Francophonie (AUF), ces deux prochaines années, ces trois partenaires de l’UH enverront des experts au Vietnam pour des séminaires, des conférences, des ateliers-formations et des séances de travail avec l’équipe de l’UH. Les objectifs sont de soutenir les enseignants vietnamiens en termes de formation continue et de méthodologie de recherche et d’établir ensemble des programmes d’échanges de professeurs et d’étudiants", a informé Mme Nguyên Thi Cuc Phuong.

Quelques mots sur la SFSIC
 
La Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) a été créée au milieu des années 1970 par la volonté de quelques universitaires et chercheurs (parmi lesquels Roland Barthes, Robert Escarpit et Jean Meyriat). Elle est constituée en association à but non lucratif, dirigée par un Conseil d’administration de 20 membres renouvelés par moitié tous les deux ans, parmi lesquels sont élus les président(e), secrétaire général(e) et trésorier(ère), ainsi que les vice-présidents pour chacune des commissions constituées. Aujourd’hui, cette société compte parmi ses adhérents un nombre croissant de membres venus des milieux professionnels (média, communication sociale, information scientifique et technique) : elle rassemble près de 500 chercheurs des universités et des grandes institutions spécialisées, telles que l’Institut national de l'audiovisuel (INA) ou le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), de France et de l’étranger.

La conférence du 14 mars sur le thème "Les métiers de communication : tendances et interrogations contemporaines" s’inscrivait dans le cadre de la visite du Professeur Daniel Raichvarg à Hanoï. Ce dernier a participé, entre autres, à la Journée festive et culturelle de l’UH en écho à la Journée internationale de la Francophonie, a rencontré des officiels du Bureau Asie-Pacifique de l’AUF, de l’ambassade de France, a encadré des cours et stages en faveur d’étudiants.

"La conférence avait pour but de voir les évolutions des métiers de la communication. On parle beaucoup du digital et du numérique mais il n’y a pas que cela ; il y a aussi la façon de penser les métiers de la communication qui a évolué ces 10 ou 20 dernières années. C’est une communication assez différente que l’on fait désormais, ce n’est plus celle des années 1950. Donc, il faut discuter des nouvelles  formes de communication, des nouvelles compétences que les étudiants doivent posséder quand ils rentrent sur le marché du travail. Les premières compétences qui découlent de cette évolution et que les étudiants doivent développer c’est d’être beaucoup plus collectif. La communication doit aussi être très innovante. Il faut trouver de nouvelles formes de marketing, avec le public en interne et en externe", a déclaré M. Daniel Raichvarg.

Texte et photos : Quê Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Remise des prix du Concours "Jeunes Reporters Francophones - Vietnam 2018"

Un séminaire national sur le tourisme rural prévu début décembre à Lai Châu Le vice-Premier ministre Vuong Dinh Huê, président du Comité national de pilotage des programmes cibles nationaux, a accepté l’organisation d’un séminaire national sur le développement du tourisme rural.