28/10/2019 12:53
La communauté internationale reste prudente à la suite de l'annonce de président américain Donald Trump sur la mort présumée du chef de l'État islamique (EI) Abou Bakr Al-Baghdadi, le 27 octobre.
>>"Comme un film" : Trump raconte la mort de Baghdadi
>>Le chef de l'EI présumé mort après un raid américain en Syrie

Le chef du groupe État islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, dans une vidéo publiée par le media Al Furqan le 29 avril.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le ministère russe de la Défense a déclaré qu'il ne disposait pas d'informations fiables sur la mort d'Al-Baghdadi. L'augmentation du nombre de participants directs et de pays qui auraient pris part à cette "opération", chacun fournissant des détails totalement contradictoires, donne raisonnablement lieu à des questions et des doutes sur la réalité et le succès de celle-ci, a indiqué le ministère dans un communiqué.

En réponse à l'annonce de M. Trump, le ministre iranien des Télécommunications Mohammad Javad Azari Jahromi a rétorqué sur Twitter : "Pas besoin de se vanter ! Vous avez simplement tué votre créature".

Dimanche 27 octobre, certains alliés traditionnels des États-Unis ont salué l'annonce américaine de la mort d'Al-Baghdadi tout en rappelant que la lutte contre le terrorisme est loin d'être terminée.

La ministre française de la Défense Florence Parly a de son côté écrit sur Twitter : "Baghdadi : retraite anticipée pour un terroriste, mais pas pour son organisation".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a salué la mort du chef de l'EI qu'il a qualifiée de "moment important", mais a également averti que la lutte contre cette organisation terroriste "n'est pas encore finie".

Selon le Washington Post, Javed Ali, un ancien directeur de l'antiterrorisme à la Maison Blanche, a déclaré que la mort d'Al-Baghdadi serait un "gros coup dur" mais que l'EI avait déjà prouvé sa résilience.

"Sa mort aura certainement un impact sur le groupe terroriste, mais sera sûrement une victoire tactique symbolique et de courte durée dans le combat contre le groupe État islamique", a estimé Najib Khalaf, analyste politique et professeur en sciences politiques à l'Université irakienne al-Nahrain.

"L'élimination du calife autoproclamé ne fera pas complètement disparaître la menace de l'État islamique car l'idéologie djihadiste salafiste et les restes éclatés de l'organisation resteront forts", a indiqué l'analyste politique irakien Nadhum al-Jubouri.

M. Al-Jubouri a expliqué que la mort d'Al-Baghdadi "fera baisser le moral de ses éléments, beaucoup d'entre eux quitteront probablement le groupe, mais certains qui adhèrent fortement à l'idéologie extrémiste du groupe estiment que tuer une personne ne signifie pas la fin de leur idéologie". L'analyste a prédit que la bataille contre l'organisation se poursuivrait, avertissant que "le groupe de combattants se concentrera sur des opérations qualitatives (...) pour prouver que le groupe n'est pas détruit par la mort de son chef".

Al-Baghdadi, 48 ans, de son vrai nom Ibrahim Awad al-Badri, a annoncé la création d'un califat dénommé "État islamique" en juin 2014. En 2016, le département d'État américain a offert une récompense pouvant aller jusqu'à 25 millions d'USD pour toute information menant à son arrestation ou à sa mort.
 
Xinhua/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

Côn Dao parmi les plus belles destinations pour les voyages hivernaux Le magazine prestigieux Vogue Paris a nommé l'île de Côn Dao dans la province de Bà Ria - Vung Tàu (Sud) parmi les neuf plus belles îles secrètes que les voyageurs devraient visiter cet hiver.