29/12/2017 16:37
La Commission électorale centrale (CEC) russe a validé un groupe d'électeurs soutenant la candidature du président russe Vladimir Poutine à l'élection présidentielle du 18 mars 2018.
>>Russie : la campagne présidentielle officiellement lancée
>>Vladimir Poutine candidat pour un 4e mandat en 2018

Le président russe Vladimir Poutine. Photo : AFP/VNA/CVN

La décision formelle permet ainsi de lancer officiellement la campagne présidentielle et de recueillir les signatures d'électeurs nécessaires en son faveur, selon la vidéo de la réunion de la CEC postée jeudi 28 décembre sur son site.

La veille, le chef de l'État avait soumis à la CEC les documents nécessaires pour le lancement officiel de sa campagne. La CEC a enregistré dans la foulée un groupe de soutien à M. Poutine pour ce scrutin présidentiel. Ce groupe comprenant plus de 600 personnes avait choisi mardi 26 décembre de le nommer candidat à cette élection.

L'agence Spoutnik rappelle que comme le président a choisi de se présenter comme candidat indépendant, la loi lui impose de réunir un groupe de soutien d'au moins 500 personnes et de collecter 300.000 signatures d'électeurs dans tout le pays.

La commission a également validé les mandataires financiers de Vladimir Poutine, autorisant par ailleurs le chef de l'État à ouvrir un compte spécial avec la plus grande banque russe, Sberbank. En vertu de la législation, les dépenses liées à la collecte de signatures doivent être financées par ce seul compte spécial, qui ne peut pas dépasser 400 millions de roubles (6,96 millions de dollars).
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.