30/07/2020 08:53
Hanoï compte plus de 1.350 villages artisanaux dont les techniques induisent encore aujourd’hui une forte consommation d’énergie et des impacts néfastes sur l’environnement. Ainsi, produire "proprement" et réaliser des économies énergétiques deviennent à la fois un besoin mais aussi une exigence pour la pérennité de ces villages. De nouvelles pratiques et techniques offriront une "clé" pour le développement durable de chaque village de métier.
>>Les villages de métiers vietnamiens vus par les médias internationaux
>>Quand artisanat de meubles d’art rime avec startup à Dông Ky

Le village de production de tofu et de brassage du vin dans le hameau de Ba Duong Nôi, commune de Hông Hà (district de Dan Phuong) compte actuellement 579 foyers impliqués dans le commerce de ces produits. Selon le vice-président du Comité populaire de la commune de Hông Hà, Nguyên Manh Hà, chaque jour, la localité produit des tonnes de tofu et plus de mille litres d’alcool de riz pour approvisionner les marchés. Cependant, jusqu'à présent, la plupart de ces producteurs consomment encore du bois de chauffage et du charbon comme combustible, entraînant une forte pollution de l’environnement.

Chaque artisan de la forge assure une étape du travail dans le village de Da Sy.

De même, dans l’ancien village des forgerons de Da Sy, dans le quartier de Kiên Hung (arrondissement de Ha Dông), plus de 1.000 familles d’artisans utilisent encore un four à charbon pour fabriquer de l'acier. Le vice-président de l'Association du village artisanal de Da Sy, Dinh Công Doan, a déclaré que de nombreux foyers souhaitaient passer aux fours à gaz ou électriques, mais jusqu'à présent, ils n'ont trouvé aucun modèle approprié.

Le directeur adjoint du Service de l'industrie et du commerce de Hanoï, Nguyên Thanh Hai, ajoute quant à lui qu’il existe encore de nombreux foyers de production dans les villages artisanaux de la ville qui utilisent du bois de chauffage et du charbon dans leurs processus de production.

Se réinventer pour mieux se développer

En réalité, certains villages de métier ont déjà entamé leur transformation en changeant leurs installations et leurs techniques de productions, à l’aide de technologies adaptées. Par exemple, l'établissement de feuille de riz Bào Hông du village de Mui (commune de Bich Hoa, district de Thanh Oai) a opté pour un séchoir solaire. L’hygiène et la sécurité alimentaire des produits en ressortent améliorées car ce nouveau dispositif éloigne la poussière, les mouches et les moustiques, ce que ne permettaient pas les méthodes de séchage traditionnel.

Dans le village de Bat Tràng (district de Gia Lâm), de nombreux établissements sont passés du bois de chauffage et du charbon à l’utilisation de fours à gaz pour la cuisson des céramiques. Ainsi, la qualité de la céramique est garantie et le temps de combustion du produit est réduit. Les nouveaux fours apportent également de sérieux avantages économiques pour les artisans qui ont vu leurs bénéfices augmenter par deux ou trois par rapport aux revenus tirés de l'ancienne technologie.

Certains villages de métier ont déjà entamé leur transformation en changeant leurs installations et leurs techniques de production.
Par conséquent, beaucoup d’acteurs pensent que l’adaptation à de nouvelles techniques d’économie d’énergie se révèle être la "clé" du développement durable des villages de métier.

Directeur adjoint du Département de la conservation de l'énergie et du développement durable (ministère de l'Industrie et du Commerce), Tang Thê Hung, révèle qu’au cours des cinq dernières années, le projet de "Amélioration de l'efficacité énergétique des PME au Vietnam" de son Ministère a aidé plus de 543 entreprises du pays à réaliser des économies d’énergies, notamment en termes de consommation de produits pétroliers : environ 232 milles tonnes de pétrole n’ont pas été consommées sur la période, soit une réduction moyenne de 24,3% des coûts énergétiques sur les coûts des produits ...

Toujours sur cette question, le directeur adjoint du Service de l'industrie et du commerce de Hanoï, Nguyên Thanh Hai, a déclaré qu'au cours des deux dernières années, le ministère avait soutenu 64 fois des établissements pour les équiper en matériels moins énergivores. Cependant, selon lui, il faut également réussir à changer les consciences et les habitudes de consommation énergétique dans ces villages artisanaux. Tous les organes concernés doivent renforcer leurs activités de promotion et de soutien aux investissements dans l’adaptation technologique.

Ainsi, la "clé" du développement durable des villages réside dans l’économie d’énergie. Cela est d’autant plus vrai dans le cadre de la mise en œuvre par le Vietnam de nombreux accords commerciaux internationaux, tels que l'Accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Vietnam (EVFTA), qui impliquent pour les produits des villages artisanaux de répondre à des critères environnementaux. Par conséquent, outre le soutien des autorités, chaque village de métier doit changer leurs méthodes de production pour limiter leur impact sur la santé et l’environnement.

Texte et photos : Mai Diêu - Dat Giang/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.