17/12/2020 22:07
Pas de craie, pas de tableaux, pas d’estrade, pas de plans de leçon et pas de frais d’inscription… Cette classe assez particulière qui s’est ouverte depuis longtemps à destination de centaines d'élèves démunis est menée par une enseignante extraordinaire, Nguyên Ngoc Tâm, une femme souffrant de la maladie "des os de verre" ou ostéogenèse imparfaite.
>>La "fille de cristal" à la volonté de fer
>>Sourde et muette, elle s’exprime par la peinture
>>Une enseignante dévouée pour les jeunes défavorisés

Ngoc Tâm (2e à gauche) et ses élèves dans sa classe.
Photo : Nguyên Lành/VNA/CVN

Née en 1990, originaire du district de Y Yên, dans la province de Nam Dinh (Nord), Nguyên Ngoc Tâm souffre malheureusement d’une ostéogenèse imparfaite. C’est pourquoi, malgré son jeune âge, elle ne peut se déplacer. C’est une grave maladie avec laquelle elle a appris à vivre et à laquelle elle a su s’adapter avec détermination. Alors que tous ses amis de son âge entraient à l’école primaire à l’âge de 6 ans, elle a dû attendre d’avoir 8 ans.

Et du fait que sa situation s’aggrave de plus en plus, Ngoc Tâm a dû arrêter ses études en classe de 9e. Toutefois, les difficultés n’ont pas pu arrêter les efforts inlassables de cette femme courageuse. Ayant toujours rêvé de devenir une enseignante, elle a ouvert une classe gratuite chez elle, réservée aux élèves de la 1e jusqu’à la 8e année scolaire.

"Pendant que j’étais au collège, je donnais des cours supplémentaires aux élèves du village. En plus de ce que je connais déjà, je consulte souvent internet pour étudier davantage et améliorer mes compétences pédagogiques", partage Ngoc Tâm.

Classe des "cinq pas"

La classe nommée "Ngoc Tâm Thuy Tinh" (Classe de Ngoc Tâm de cristal), se réunit autour de cinq restrictions de base mais très originales : pas de craie, pas de tableaux, pas d’estrade, pas de plans de leçon et pas de frais d’inscription. La seule chose que cette enseignante précieuse requiert de la part de ses élèves est d’avoir le goût et la curiosité pour le savoir et les études.

De plus en plus de parents lui font désormais confiance en envoyant leurs enfants étudier dans cette classe si particulière. La classe de Ngoc Tâm maintient toujours un nombre stable de 20 élèves, mais pouvant parfois réunir jusqu’à 30 jeunes.

Pour une personne normale, l’enseignement peut s’avérer ardu, mais pour Ngoc Tâm, cela est encore plus complexe. Pourtant, le résultat est là : depuis ces 16 dernières années, des centaines d’enfants de la classe de Ngoc Tâm de cristal obtiennent de bons résultats dans leurs études, avec même des prouesses pour quelques-uns d’entre eux qui sont parvenus à intégrer des universités prestigieuses de Hanoï.

Chez cette femme, la maladie est repoussée par l’optimisme et la passion ardente. "Autrefois, les médecins me disaient que je ne pourrais pas vivre jusqu’à l’âge de 30 ans. Cette année, j’ai eu 30 ans et je suis encore en forme. Ce qui est le plus important pour moi, c’est de vivre optimiste, d’avoir un rêve et d'oser le réaliser", conclut-t-elle.

Thuy Linh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

COVID-19 : la stratégie de Hanoï pour relancer le tourisme en 2021 Comment sauver le tourisme suite à la crise sanitaire ? Hanoï et ses acteurs touristiques ont déjà préparé un plan de relance pour 2021. Le cap est clairement fixé : le marché intérieur !