28/01/2021 15:38
Faudra-t-il remonter à 2009 ou à 1946 pour trouver une chute du PIB plus forte que celle de 2020 ? Le COVID-19 a mis un frein brutal à la croissance économique américaine, et l'ampleur des dégâts sera connue jeudi 28 janvier.
>>Wall Street reprend des couleurs, tirée par la tech et la croissance
>>Les géants de la tech énervent les politiques mais font saliver Wall Street
>>Les États-Unis, potentielle locomotive de la croissance mondiale en 2021

Le président de la Fed, Jerome Powell, lors d'auditions au Sénat, à Washington.
Photo : AFP/VNA/CVN

La contraction devrait être de 2,5%, comme en 2009, selon certaines estimations, dont celle de la Banque centrale américaine (Fed) publiée en décembre. Mais certains économistes sont plus pessimistes : "Le PIB va baisser d'environ 3,5% en 2020 par rapport à 2019", anticipe ainsi Jason Furman, professeur d'économie à Harvard et ancien membre du comité économique de la Maison Blanche sous Barack Obama.

"C'est la plus forte baisse du PIB depuis la démobilisation de la Seconde Guerre mondiale en 1946 (...) parce que le deuxième trimestre était très bas et a été rattrapé en partie seulement aux troisième et quatrième trimestres", détaille-t-il, dans un tweet. En 2019, la croissance avait été de 2,1%, un rythme déjà ralenti par rapport aux 2,9% de 2018. Cette bonne santé économique était un des arguments de campagne de l'ancien président Donald Trump dans sa campagne de réélection.

Inégalités

Mais la première économie du monde a été stoppée dans son élan par le COVID-19. Le chômage a explosé. Ils étaient encore 16 millions, fin décembre, à vivre grâce aux allocations chômage. Le président de la Fed Jerome Powell a même prévenu mercredi 27 janvier que le véritable taux de chômage tourne autour de 10%, loin des 6,7% officiels. Les files d'attentes devant les banques alimentaires ne désemplissent pas.

Paradoxalement, en 2020, "le revenu personnel disponible a augmenté d'environ 6%. C'est la plus forte hausse depuis 1984 ou 1998", grâce aux aides budgétaires du gouvernement fédéral, relève encore Jason Furman. Mais cela n'a pas bénéficié à tous, puisque les inégalités, déjà fortes dans le pays, se sont accentuées dans les derniers mois. Le nouveau président Joe Biden et sa secrétaire au Trésor Janet Yellen ont promis de s'y attaquer, et d'en faire une priorité.

Le PIB du quatrième trimestre sera également annoncé jeudi. Il devrait être en croissance, mais à un rythme bien moins élevé qu'au cours des trois mois précédents, en raison de la résurgence de la pandémie aux États-Unis, qui a ralenti l'activité économique à partir de l'automne, causant une nouvelle fermeture de milliers de restaurants, des écoles et des commerces.

Prévisions de croissance du FMI dans une sélection de pays.
Photo : AFP/VNA/CVN

"La résurgence ces derniers mois de cas de COVID-19, d'hospitalisations et de décès cause de grandes difficultés à des millions d'Américains et pèse sur l'activité économique et la création d'emplois", a fait remarquer Jerome Powell mercredi 27 janvier. La progression attendue est de 4,4%, bien moindre que la hausse historique de 33,4% observée entre juillet et septembre.

Recul du PIB dès le 1er trimestre

"Les investissements des entreprises ont apporté un soutien significatif à la croissance du PIB au quatrième trimestre, compensant en partie la faiblesse des dépenses de consommation en fin d'année", souligne Lydia Boussour, analyste pour Oxford Economics, dans une note. Le COVID-19 avait mis fin à la croissance dès le premier trimestre 2020, causant une contraction du PIB de 5% au premier trimestre, avant un plongeon jamais vu, de 31,4%, entre avril et juin, en rythme annualisé, c'est-à-dire en comparant au trimestre précédent puis en projetant l'évolution sur l'année entière à ce rythme.

L'économie avait ensuite rebondi, affichant une forte croissance au troisième trimestre. Cette dernière avait ainsi été de 7,5% en prenant le mode de calcul d'autres économies avancées, comme la France, qui comparent un trimestre sur l'autre corrigé des jours ouvrés.

Pour 2021, le Fonds monétaire international table sur une croissance américaine de 5,1%, dopée par le dernier plan de soutien économique de 900 milliards d’USD adopté fin décembre. Il s'agirait alors de la plus forte croissance annuelle depuis 1984. Le plan de sauvetage de 1.900 milliards d’USD présenté par Joe Biden, pourrait, s'il est adopté par le Congrès, apporter 5% de croissance supplémentaire sur trois ans. La Fed table elle sur une croissance de 4,2% en 2021 et de 3,2% en 2022.

AFP/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre

Les plus belles plages du Vietnam Avec un littoral s’étirant sur plus de 3.000 km, le Vietnam abrite de nombreuses plages de sable fin. Sans oublier la multitude de baies, marais, lagunes et autres blocs de pierres à la structure originale, ou encore les îles tropicales aux plages immaculées.