11/02/2018 14:50
À l’approche du Têt, les salons de beauté réservés aux femmes sont en plein essor en raison de la forte demande. Cependant, les professionnels de santé recommandent la plus grande prudence en ce qui concerne des soins esthétiques à bas prix notamment dans des spas non officiels n’assurant ni la qualité, ni la sécurité.
>>Reconstruction faciale pour patient atteint d'une tumeur du visage

Un visage déformé à cause de mauvaises interventions chirurgicales.

Récemment, l’hôpital Trung Vuong à Hô Chi Minh-Ville a traité de nombreux cas de déformations du visage notamment au niveau du nez ou des yeux (paupières, fossettes…). Pham Trinh Quoc Khanh, Doyen du Département de chirurgie esthétique de l’hôpital Trung Vuong, a déclaré que : "Le point commun de tous ces cas est que la plupart de ces patients ont été traités dans des spas voire même des salons de beauté aux installations douteuses, souvent dépourvus d’autorisation".

Concrètement, le 25 janvier, T.T.M.H, 25 ans, a été hospitalisée à l’hôpital Hùng Vuong avec un nez déformé et enflammé ! Elle a révélé avoir subi une rhinoplastie en silicone dans un spa pour seulement quelques millions de dôngs. Autre exemple, une femme de 35 ans, N.H.T, elle souffrait d’une joue enflée après une chirurgie censée lui procurer une fossette dans un spa non homologué. Les médecins de Hùng Vuong ont détecté un abcès grave dans sa joue et ils lui ont proposé  une autre intervention pour traiter son abcès. Après cette intervention obligatoire pour la sauver, ses joues sont bosselées et déformées.

"Heureusement, ses complications n’ont pas encore affecté ses glandes salivaires. Sinon, il aurait fallu procéder à de nouvelles interventions" a signalé Dr. Khanh. De plus, d’après M. Quôc Khanh, la période du Têt est propice à une certaine recherche de la beauté féminine. À ce moment-là, nous recevons des cas compliqués ! En moyenne chaque semaine, nous avons un ou deux cas à traiter. Les cas les plus légers sont les rougeurs et les infections. Les cas les plus graves sont les nécroses ! 

Choisir des établissements reconnus

Il y a une semaine, une femme de 27 ans à Hô Chi Minh-ville a dû entrer à l’hôpital de la chirurgie esthétique JW à cause de complications suite à une opération nasale. Il y 4 mois, elle avait souhaité faire relever son nez dans un spa de HCM-Ville.

Selon la docteure Nguyên Phan Tu Dung, ce type d’intervention chirurgicale est simple mais elle doit absolument être réalisée par un médecin professionnel. Des complications sont toujours possibles à cause d’employés véreux et/ou d’établissements "louches". Attirées par des prix compétitifs, de nombreuses femmes sont devenues les victimes de  mauvaises interventions chirurgicales.

Pham Trinh Quôc Khanh a déclaré qu’il y a de nombreux avertissements sur les risques en chirurgie dermatologique dans les médias. Mais il y a encore beaucoup de personnes qui n'ont pas peur, malgré leur haut niveau d’étude. En particulier, ces patientes cachent toujours les informations relatives aux lieux où elles ont été opérées. “C’est pourquoi, nous n’avons pas pu envoyer d’accusations et/ou de suggestions aux autorités pour qu’ils puissent agir. Ceci nous rend très soucieux” a-t-il répété.  

Selon les rapports de ce secteur de la santé, la majorité des “docteurs” opérant dans des spas et des salons de beauté manquent de connaissances professionnelles concernant la chirurgie esthétique (créer des fossettes, relever le nez, appuyer les paupières…). D’ailleurs, certains ne suivent que quelques modules de formation d’environ 3 ou 4 mois, avant de travailler officiellement dans un spa ou un salon. D’autre part, les centres de formation ne s’intéressent pas beaucoup au niveau de diplôme des stagiaires.

En parlant des établissements de beauté, Nguyên Phan Tu Dung a révélé que nous nous trompons souvent sur le cas des salons de beauté, des hôpitaux et des cliniques en chirurgie plastique. En règle générale, les salons de beauté sont seulement autorisés à prendre soin de la peau à l’extérieur et peuvent pratiquer des massages. En dehors de ces activités, il n’est pas permis d’effectuer de la chirurgie dite invasive. Les cliniques de chirurgie esthétique agréées par le Service municipal de la santé ne peuvent effectuer que des chirurgies mineures, par exemple, appuyer les paupières, relever le nez, faire un menton fendu, créer des fossettes. Par contre, interdiction formelle de faire des chirurgies majeures comme les implants mammaires, la liposuccion… Il faut aussi penser aux anesthésies et envisager des opérations dans des hôpitaux.

Ainsi, les docteurs recommandent de consulter toutes les informations disponibles liées aux spa, aux salons de beauté avant de se lancer dans une chirurgie esthétique pour éviter de graves dommages irréparables.
 
Texte et Photo : Quang Châu/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.