20/07/2018 15:51

>>Thaïlande: le corps de la dernière victime du naufrage à Phuket repêché

La China State Shipbuilding Corp (CSSC) est en train de concevoir un navire de sauvetage ultra-perfectionné, et prévoit de le mettre en service vers 2021, a rapporté vendredi 20 juillet le China Daily. L'Institut de recherche et de conception des navires marchands de Shanghai a déclaré dans un communiqué que le navire, qui n'avait pas encore été baptisé, serait chargé de mener des opérations de recherche et de sauvetage dans la mer de Chine méridionale avec le bureau de secours en mer méridionale du ministère des Transports, selon le journal. Il sera propulsé par deux moteurs de 7.000 kilowatts et aura un déplacement de plus de 16.000 tonnes, a indiqué le journal. Il aura 133 mètres de long et 26 mètres de large. Le navire de sauvetage, capable de naviguer près de 30.000 km et durant 90 jours en une seule mission, n'aura pas besoin de faire escale ou d'être ravitaillé, a déclaré l'institut au journal. Sa vitesse de croisière sera de 17,5 noeuds, soit 32 km par heure. Le navire pourra effectuer des missions de recherche, de sauvetage et de porter assistance à des navires, des avions et des sous-marins dans des conditions très difficiles, étant capable de résister à des typhons d'une force allant jusqu'à 12 sur l'échelle de Beaufort, selon le journal. Le navire peut également servir à remorquer des navires endommagés, à surveiller les rejets d'hydrocarbures, à effectuer des relevés et des sondages en eau profonde, à éteindre les feux ou à acheminer du ravitaillement aux navires en cas d'urgence. 


Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.