03/03/2020 08:53
La cathédrale de Milan, monument symbole de la capitale économique italienne fermé une semaine durant pour cause de coronavirus, a rouvert lundi 2 mars aux touristes, tout comme les musées, mais avec certaines limitations recommandées par les experts de santé publique.
>>Milan interdit les voitures trois jours pour lutter contre la pollution
>>Italie : les frontières restent ouvertes, le virus en Toscane et Sicile
>>Coronavirus : le sport italien menacé d'isolement

Des touristes équipés de masques de protection contre le coronavirus visitent la cathédrale de Milan qui vient de rouvrir, le 2 mars. Photo : AFP/VNA/CVN

Ce n'était pas la grande foule pour la réouverture à 09h00 (08h00 GMT) à l'entrée de la splendide cathédrale gothique, où se pressaient plus de journalistes que de touristes. Parmi les rares visiteurs ayant bravé la pluie, Imasu Ohashi, un Japonais de 24 ans accompagné de sa mère. "À l'intérieur, il y avait très peu de monde", raconte-t-il aux journalistes de l'AFP qui, en fin de matinée, ne décomptaient qu'une vingtaine de personnes sous l'immense nef.

"Je suis resté une demi-heure à l'intérieur, j'ai pu admirer les peintures, les marbres, les plafonds, je suis très heureux..." explique le jeune homme, ravi de profiter de Milan et de Venise désertées tout en reconnaissant que "la situation est très difficile pour le gouvernement et les gens angoissés". Cristian Russovich, un touriste argentin qui porte un masque "par précaution", se félicite lui aussi de la réouverture. "Nous sommes contents parce qu'hier nous n'avons pas pu visiter le couvent où se trouve la Cène (peinte par Léonard de Vinci), fermé à cause du coronavirus", explique-t-il.

Le gouvernement a fixé par décret des limites à la réouverture des monuments et musées. Il faut le faire "de manière contingentée" en évitant le phénomène de groupes resserrés ne permettant pas d'assurer une distance de sécurité d'un mètre entre les visiteurs pour éviter la contagion, alors que l'Italie affiche le plus lourd bilan d'Europe avec 2.036 cas positifs et 50 décès. L'Italie est désormais officiellement divisée en trois zones. La "zone rouge" placée sous quarantaine, couvre 11 communes du Nord du pays représentant plus de 50.000 habitants.

"Symbole italien"

La deuxième zone appelée "jaune" concerne les trois régions les plus touchées - Lombardie (qui inclut Milan), Emilie-Romagne (Bologne) et Vénétie (Venise). Les écoles et universités y sont fermées jusqu'au 8 mars. Les stations de ski restent ouvertes, mais à condition qu'on ne dépasse pas un tiers de la capacité à bord des remontées mécaniques.

Des touristes munis de masques pour se protéger du coronavirus marchent devant la cathédrale de Milan, le 2 mars. Photo : AFP/VNA/CVN

Un coup d'arrêt est aussi donné aux "grands événements" sportifs et culturels (matches, concerts...), tandis que les cinémas, théâtres, discothèques et salles de sports restent fermés. La troisième zone couvre le reste du pays où des mesures de restriction sont fixées au cas par cas. Ainsi à Rome, l'église Saint-Louis des Français à Rome, qui recèle des chefs-d’œuvre du peintre Le Caravage, a été fermée par précaution dimanche 1er mars après que l'un de ses prêtres rentré en France a été testé positif. L'église va rouvrir mercredi après désinfection et exclusion d'une contamination au sein de la communauté de prêtres qui vivent à côté. Les mesures de précaution prises par le gouvernement ne font pas l'unanimité.

Andrea Riccardi, fondateur de la communauté catholique de Sant'Egidio très proche du pape François, critique ainsi la fermeture "de tant d'églises dans le Nord de l'Italie", "des mesures qui me remplissent d'une certaine amertume". "Les églises ont été assimilées aux cinémas et théâtres", déplore-t-il. "Les églises ne sont pas seulement un lieu de +rassemblement+ mais aussi un lieu spirituel, une ressource en période difficile, qui suscite de l'espoir, console et nous rappelle qu'on ne se sauvera pas tous seuls", estime-t-il, excluant tout risque aux messes dominicales "auxquelles participent une poignée de personnes dispersées sur des bancs éloignés".

Un avis partagé par certains sur le parvis de la cathédrale de Milan. "C'est important que la cathédrale rouvre. Il est illogique d'avoir des supermarchés ouverts mais des églises fermées", estime Ivano Caiola, 54 ans, harnaché d'un sac à dos et venu avec sa femme retirer le carnet officiel de pèlerin pour Saint-Jacques de Compostelle. "La cathédrale, pour nous c'est un symbole italien, c'est notre histoire".

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.