30/05/2021 15:37
L’été n’a pas encore commencé et le niveau du lac d’Oroville, deuxième plus grand barrage de Californie qui alimente en eau une grande partie de l’État, est déjà moitié moins élevé que la normale, symptôme préoccupant de l’aggravation de la sécheresse chronique qui sévit dans la région.
>>En Californie, un séquoia se consume encore après un feu de forêt de l’été 2020
>>De gigantesques feux de forêt embrasent l'ouest des États-Unis et du Canada

Le niveau du lac d’Oroville, deuxième plus grand barrage de Californie qui alimente en eau une grande partie de l’État, est déjà moitié moins élevé que la normale, le 24 mai.
Photo : AFP/VNA/CVN

Dès le 10 mai, le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a décrété l’état d’urgence lié à la sécheresse dans plus de 40 comtés. Celui de Butte, où se situe le barrage d’Oroville, est déjà classé au niveau "exceptionnel", le plus élevé.

Et la situation, aggravée par les effets du changement climatique dans tout l’Ouest des États-Unis, ne devrait pas s’améliorer avant le retour des précipitations, dans cinq ou six mois.

"Le niveau du réservoir est beaucoup plus bas que nous le voudrions, bien plus bas que d’habitude à cette époque de l’année. Il est à environ 47% de la moyenne", dit John Yarbrough, un responsable du Département des ressources en eau de Californie, en montrant la terre craquelée qui forme les parois du lac.

En 2019, "une bonne année", l’eau atteignait la limite des arbres qui bordent le barrage, soit une cinquantaine de mètres plus haut qu’actuellement, se souvient l’expert.

Les riverains interrogés disent ne jamais avoir vu ça. Et beaucoup, incrédules, renvoient au mois de février 2017, lorsqu’ils avaient dû évacuer la zone car le barrage débordait sous l’effet de pluies torrentielles et risquait de les engloutir.

La neige s’évapore

"Quand nous entrons dans une année comme celle-ci avec un réservoir bas et des conditions vraiment sèches dans tout l’État, il y a de quoi s’inquiéter", lâche John Yarbrough.

Car le lac d’Oroville, construit dans les années 1960 au confluent de trois rivières, est l’élément-clef du "State water project", colossal réseau de 21 barrages et de plus d’un millier de kilomètres de canaux et de tuyaux qui acheminent l’eau du nord de la Californie vers le sud, plus peuplé et bien plus sec.

"Ce lac fournit de l’eau potable à 27 millions de Californiens, il irrigue aussi jusqu’à 300.000 hectares de terres agricoles", souligne-t-il.

Le nord de la Californie reçoit en moyenne les deux-tiers des précipitations totales de Californie mais cette année a été particulièrement mauvaise.

Au 1er avril, qui marque traditionnellement la fin des chutes de neige, les réserves de neige dans la Sierra Nevada voisine - source d’environ un tiers de l’eau utilisée en Californie - étaient seulement d’environ 60% par rapport à la moyenne.

Menacés de s'échouer avec la baisse du niveau d'eau sous l'effet de la sécheresse, des dizaines de bateaux vont devoir être sortis du lac d'Oroville, dans le nord de la Californie, ici le 24 mai.
Photo : AFP/VNA/CVN

"En plus, ce qui est vraiment unique cette année, c’est que lorsque la neige a fondu, le ruissellement a fini par s’infiltrer dans les sols secs et par s’évaporer", sans réellement parvenir jusqu’au lac d’Oroville pour gonfler ses réserves, explique John Yarbrough.

Certes, le barrage le plus haut de Californie (234 mètres) ne sera pas à sec de si tôt mais à la fin de la saison sèche, il devrait avoir atteint son niveau le plus bas jamais enregistré, en septembre 1977.

La peur des feux de forêt

Après deux années particulièrement pauvres en précipitations et sans aucune assurance d’une amélioration dans les saisons à venir, les restrictions d’eau sont d’ores-et-déjà au programme. Le Département des ressources en eau, qui gère le State Water Project, a prévenu qu’il risquait de ne pas pouvoir satisfaire plus de 5% des demandes formulées pour cette année...

Et les propriétaires de plusieurs dizaines de bateaux amarrés sur le lac d’Oroville ont été contraints cette semaine de les faire tracter hors de l’eau, sous peine qu’ils s’échouent et soient endommagés.

Autre grave conséquence de la sécheresse : un risque d’incendie accru, ce qui inquiète particulièrement dans une région dévastée à plusieurs reprises ces dernières années par des feux de forêt d’une ampleur exceptionnelle.

Les arbres calcinés qui se dressent sur les hauteurs du lac d’Oroville sont là pour le rappeler : l’an dernier, plus de 17.000 km² sont partis en fumée rien qu’en Californie et 33 personnes ont péri dans les flammes, dont 15 à Berry Creek, aux portes d’Oroville.

Et cette année en Californie, les incendies ont déjà consumé cinq fois plus de végétation que l’an dernier à la même époque.

"Nous sommes dans une tendance à long terme de conditions de sécheresse. Cela dure depuis environ six ans, avec quelques années humides qui s’intercalent. Mais globalement, c’est beaucoup plus sec que ce dont nous avons l’habitude", résume John Messina, chef des pompiers du comté de Butte.

"Plus les combustibles sont secs, plus les risques d’avoir un feu de forêt catastrophique sont élevés. Ou en tout cas d’avoir un été extrêmement agité..."

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

À la découverte de la mangrove de Dông Rui Grâce aux efforts conjugués des autorités et des populations locales, Dông Rui est aujourd’hui la plus belle et la plus vieille mangrove primitive du Nord du Vietnam. Située dans le district de Tiên Yên, province de Quang Ninh, elle est le meilleur rempart contre l’érosion marine et une extraordinaire source de vie pour les habitants.