29/08/2018 13:21
La Bourse de Paris a clôturé en légère hausse mardi 28 août, l'actualité peu dense étant toujours dominée par la géopolitique au lendemain de l'accord commercial entre les États-Unis et le Mexique.
>>La Bourse de Paris démarre dans le vert
>>La Bourse de Paris prudente face aux tensions commerciales ("0,04%)

En dehors de l'actualité géopolitique, les investisseurs avaient peu de nouvelles informations à se mettre sous la dent..
Photo: AFP/VNA/CVN

L'indice CAC 40 a pris 5,89 points pour terminer à 5.484,99 points, dans un volume d'échanges faible de 2,8 milliards d'euros. La veille, l'indice vedette parisien avait fini en hausse de 0,86%.

La Bourse de Paris a ouvert en petite hausse et a peu évolué au cours de la séance, au lendemain du nouvel accord commercial entre les États-Unis et le Mexique.

"Cet accord est positif pour les marchés (...) car le fait que les Américains parviennent à un accord avec le Mexique est assez encourageant pour l'avenir", notamment en ce qui concerne le dossier commercial sino-américain, a commenté auprès de l'AFP Waldemar Brun-Theremin, directeur de la gestion de Turgot Asset Management.

En effet, rappelle le spécialiste, "ce qui a pesé sur les indices boursiers en juillet et en août, c'est la pression des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine".

"L'inquiétude au sujet du commerce a pesé sur les marchés mondiaux pendant des mois et l'accord entre les États-Unis et le Mexique prouve qu'il y a une lumière au bout du tunnel", a également estimé David Madden, un analyste de CMC Markets.

Après de longues semaines de négociations, les États-Unis et le Mexique ont annoncé lundi 27 août un accord commercial et espèrent que le Canada pourra se joindre à eux pour donner naissance à l'accord de libre-échange nord américain Aléna version 2.0.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, en charge de ce dossier ultra-stratégique, a interrompu une tournée en Europe pour venir entamer des négociations à Washington après l'annonce par le président Donald Trump que le Mexique et les États-Unis avaient conclu un "très bon accord".

Du côté des indicateurs, la croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro aux particuliers et aux entreprises de la région a légèrement décéléré en juillet, selon les chiffres de la Banque centrale européenne (BCE).

Renault en tête du CAC 40

La confiance des ménages français est quant à elle restée stable en août, à son plus bas niveau depuis août 2016, selon l'Insee.

Aux États-Unis, la confiance des consommateurs a fait un bond en août, à la surprise des analystes, atteignant un sommet depuis octobre 2000, selon l'indice publié par le Conference Board.

Les jours à venir s'annoncent un peu plus chargés avec la publication mercredi 29 août de la deuxième estimation du PIB américain au deuxième trimestre, de l'inflation provisoire en Allemagne pour le mois d'août jeudi 30 août ou encore de la première estimation de l'inflation dans la zone euro, également pour le mois d'août, attendue vendredi 31 août, a détaillé M. Brun-Theremin.

En matière de valeurs, le secteur automobile a poursuivi son rebond, après une semaine difficile. Peugeot a gagné 0,92% à 24,12 euros, Valeo 1,81% à 39,99 euros et Michelin 0,43% à 104,35 euros.

Renault a été soutenu ("1,96% à 74,52 euros) par un relèvement de sa recommandation par Credit Suisse, terminant en tête de l'indice CAC 40. De même, Faurecia a profité (+4,17% à 54,90 euros) d'une hausse de la sienne par Kepler Cheuvreux.

Les valeurs minières, qui ont récemment beaucoup reculé, ont fini dans le vert. ArcelorMittal s'est apprécié de 0,86% à 26,53 euros et Eramet de 6,48% à 82,95 euros.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.