21/07/2021 10:43
La Bourse de Paris a effacé une partie des pertes de la veille mardi 20 juillet (+0,81%), dans un marché mettant de côté ses craintes autour du variant Delta du COVID-19, malgré la progression du nombre de contaminations.
>>La Bourse de Paris en berne, inquiète du rebond de la pandémie
>>La Bourse de Paris dans le rouge après les chiffres de la croissance chinoise
>>La Bourse de Paris termine stable à 6.558,38 points

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'indice vedette CAC 40 a gagné 50,88 points à 6.346,85 points. La veille, il avait chuté de 2,54% et perdu jusqu'à plus de 3% en cours de séance. Nous avons eu une séance "à l'opposé de celle d'hier", avec une remontée des marchés des actions, survenue avant que le taux d'emprunt américain à dix ans ne reparte à son tour à la hausse, souligne Alexandre Baradez, analyste de IG France.

Pour autant, il n'y a "pas vraiment de raison" à ce rebond, ni "de catalyseur sur le front sanitaire, ce qui pousse un peu à la méfiance", selon lui. La propagation du variant Delta, qui relance l'épidémie de COVID-19 et pousse certains pays à réinstaurer des restrictions, a jeté un froid sur les marchés d'actions lundi 19 juillet, les investisseurs préférant se tourner vers les obligations, considérées comme des valeurs refuges.

Le nombre de cas de contaminations au COVID-19 sur les dernières 24 heures a grimpé à 18.000, contre moins de 7.000 une semaine auparavant, s'est alarmé mardi 20 juillet le ministre français de la Santé, Olivier Véran, selon qui cette hausse, due au variant Delta, est inédite. Il a toutefois annoncé dans le même temps que le port du masque ne serait plus obligatoire pour le public dans les lieux où l'entrée est subordonnée à la détention d'un passe sanitaire, tels que les musées, cinémas ou établissements sportifs.

"Tout repose sur la partie hospitalière: va-t-elle être à nouveau submergée ? Si ce n'est pas le cas, l'économie ne sera pas impactée" comme elle a pu l'être notamment lors du premier confinement, selon M. Baradez, pour qui la progression de la vaccination est un facteur d'optimisme à moyen terme. Concernant la forte progression de l'inflation ces derniers mois, autre sujet de préoccupation des investisseurs, le principal rendez-vous de la semaine sera la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi 22 juillet.

"Je n'imagine pas qu'à ce stade et avec la quatrième vague [de COVID-19] en cours, le message soit drastiquement changeant", la progression du variant Delta ne devant pas conduire la présidente de l'institution Christine Lagarde à "remettre en question les perspectives d'amélioration économique et d'inflation annoncées récemment", poursuit M. Baradez.

Le constructeur ferroviaire Alstom a grimpé de 2,53% à 36,04 euros grâce à des prises de commandes qui ont bondi de 290% au premier trimestre de son exercice décalé, dopées par de gros contrats, mais aussi l'intégration du canadien Bombardier. Schneider Electric (+1,28% à 133,34 euros), géant français des équipements électriques et automatismes industriels, a annoncé mardi son intention de racheter entièrement l'éditeur de logiciel IGE+XAO, dont il détient déjà 67,7% des actions. Une annonce qui a propulsé ce dernier (+15,04% à 260,00 euros).

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.