19/03/2020 17:50
La Bourse de Paris a débuté en hausse jeudi 19 mars (+3,83%), retrouvant des couleurs au lendemain d'une lourde chute, aidée par le plan massif annoncé par la Banque centrale européenne pour soutenir l'économie ébranlée par le coronavirus.
>>La Bourse de Paris s'offre un sursaut prudent
>>La Bourse de Paris rebondit nettement au lendemain du krach (+2,53%)
>>La Bourse de Paris ne parvient pas à rebondir (-1,51%)

La Bourse de Paris a replongé mercredi 18 mars. Photo : AFP/VNA/CVN

À 09h35, l'indice CAC 40 prenait 143,72 points à 3.898,56 points. La veille, il avait reculé de 5,94%. "À la bonne heure, la Banque centrale européenne semble avoir, enfin, pris la mesure de la crise en place et des risques qui lui sont liés", a souligné dans une note l'économiste Véronique Riches-Flores, présidente du cabinet d'analyse RichesFlores Research. La Banque centrale européenne a sorti la grosse artillerie mercredi 18 mars avec un plan d'"urgence" de 750 milliards d'euros pour tenter de contenir les répercussions de la pandémie de coronavirus sur l'économie.

"Les temps extraordinaires nécessitent une action extraordinaire", a tweeté la présidente de l'institution de Francfort, Christine Lagarde. En rachetant ainsi massivement de la dette d'États et d'entreprises de la zone euro sur les marchés, la BCE espère soulager les banques et les inciter à maintenir voire relancer leurs prêts aux ménages et entreprises, et ainsi à soutenir la production et l'emploi. La Banque centrale d'Australie a pour sa part réduit jeudi matin 19 mars son principal taux directeur d'un quart de point, à 0,25%, soit son plus bas historique.

Les gouvernements n'ont pas été en reste, à commencer par les États-Unis qui sont passés à une nouvelle étape jeudi 19 mars. Donald Trump s'est présenté comme un président "en temps de guerre" alors que la première puissance mondiale, qui a beaucoup tardé à lancer les tests au COVID-19, compte désormais plus de 7.700 cas confirmés et 118 morts. Deux premiers élus du Congrès ont annoncé être infectés. La France se préparait pour sa part à instaurer "l'état d'urgence sanitaire".

Sur le terrain des valeurs, les banques avaient le vent en poupe à la faveur des annonces de la BCE qui soulagent le secteur. Crédit Agricole gagnait 7,98% à 6,74 euros, BNP Paribas 3,83% à 27,41 euros et Société Générale 4,52% à 14,80 euros. Le secteur aérien, parmi les plus touchés par la crise sanitaire, respirait également. Airbus gagnait 7,76% à 52,87 euros, Air France-KLM 3,18% à 4,39 euros et Safran 10,09% à 58,50 euros.

Les titres liés aux matières premières n'étaient pas en reste. Total montait de 6,72% à 23,26 euros, Eramet de 12,97% à 27 euros et Vallourec de 13,74% à un euro. CNP Assurance rebondissait de 22,99% à 6,66 euros, effaçant sa chute de la veille. Wendel prenait 4,34% à 64,95 euros après avoir multiplié par près de 9 son bénéfice net et augmenté la valeur de son portefeuille de 12% l'an dernier, ce qui lui permet d'anticiper les conséquences de la crise sanitaire avec une certaine sérénité. Seuls Sanofi (-2,56% à 74,15 euros) et Axa (-0,24% à 12,67 euros) évoluaient dans le rouge sur le CAC 40.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.