12/10/2020 22:13
La Bourse de Paris montait de 0,27% à l'ouverture lundi 12 octobre, poussée comme la semaine précédente par l'espoir d'une relance budgétaire américaine, même si celle-ci est perturbée par le bras de fer entre dirigeants américains focalisés sur l'élection présidentielle de novembre.
>>La Bourse de Paris accélère, rivée sur le plan de relance américain
>>La Bourse de Paris en très légère hausse de 0,08%
>>La Bourse de Paris en petite hausse de 0,21%

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

Vers 09h30, l'indice parisien gagnait 13,24 points à 4.960,05 points. Il avait pris plus de 2% sur l'ensemble de la semaine dernière. Ailleurs en Europe, Francfort prenait 0,21% et Londres reculait de 0,18%. La Bourse de Tokyo a de son côté terminé lundi en petit repli de 0,26%. À environ trois semaines de l'élection présidentielle du 4 novembre, les espoirs d'un plan de relance américain avant le scrutin s'amenuisent de jour en jour, chacun proposant une partition différente.

La Maison Blanche a effectué dimanche 11 octobre une énième volte-face sur le sujet, pressant cette fois le Congrès de voter un mini-plan destiné à aider en urgence les PME en difficulté. Or il est peu probable que cette requête soit acceptée par les démocrates, leur chef de file Nancy Pelosi souhaitant un soutien économique de grande ampleur.

Mais les discussions se poursuivent tout de même. Et selon David Madden, analyste pour CMC Markets UK, certains éléments ont montré "un pas dans la bonne direction", comme la révision à la hausse du montant de la relance proposée par les républicains, rapportée la semaine dernière. Toujours outre-Atlantique, "les investisseurs dans le monde commencent à intégrer très favorablement au cours des actions l'élection américaine, surtout l'Europe", souligne Stephen Innes, stratégiste marchés pour Axi.

Parmi les valeurs du jour lundi 12  octobre, Renault prenait 2,26% à 23,30 euros. L'agence Fitch a pourtant dégradé la note de la dette à long terme du constructeur automobile de "BB+" à "BB" assortie d'une perspective négative, évoquant "une forte détérioration des principaux paramètres de crédit en 2020" et une reprise durable anticipée pas avant un horizon de deux à trois ans.

Autre valeur, Airbus avançait de 0,81% à 67,32 euros. Le constructeur aéronautique a livré 57 avions en septembre contre 71 l'an dernier, et n'a enregistré aucune nouvelle commande en raison de l'impact de l'épidémie de coronavirus sur le secteur aérien.

Suez (+0,06% à 15,91 euros), Veolia (+0,19% à 18,79 euros) et Engie (-0,08% à 12,13 euros) étaient surveillés après un énième coup de théâtre dans le dossier du rachat de des parts d'Engie dans Suez par Veolia : la justice a ordonné vendredi en référé la suspension de l'achat des titres, ce qui ne compromet pas forcément l'opération.

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

Relance du tourisme à Hanoï La pandémie de COVID-19 est considérée comme contrôlée au Vietnam, en particulier à Hanoï. Ainsi, le tourisme dans la capitale veut saisir l’opportunité de se relancer à toute vitesse en promouvant ses nombreuses activités touristiques et en veillant à la sécurité sanitaire de la ville.