02/02/2022 11:13
La Bourse de Paris a connu mardi 1er février une deuxième séance de hausse consécutive mais les anticipations concernant l'inflation restent surveillées comme le lait sur le feu avant les prochains rendez-vous de politique monétaire.
>>La Bourse de Paris encore tourmentée par la Fed
>>La Bourse de Paris proche de l'équilibre, inquiète de la remontée des taux obligataires
>>La Bourse de Paris termine en nette baisse

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'indice CAC 40 a avancé de 100,29 points à 7.099,49 points au lendemain d'un rebond de 0,48%. Celui-ci n'avait pas empêché la cote parisienne de clôturer le mois de janvier sur une perte de 2,15% et juste en dessous des 7.000 points. "Le rebond est technique après une correction significative depuis le début d'année. Les publications des entreprises participent à la tendance positive", commente Laurent Le Grin, directeur général de DPAM France.

Mais "parallèlement à ce mouvement, les pressions inflationnistes continuent de dominer" et "le marché est toujours dans l'attente de savoir si la Réserve fédérale américaine va adopter une attitude plus agressive en mars", ajoute-t-il. Après avoir soutenu la reprise et les marchés par sa politique monétaire accommodante, la banque centrale américaine est sur le point de relever ses taux directeurs en mars au moment où prendront fin ses achats d'actifs.

Reste à savoir si son geste sera jugé plus agressif qu'anticipé par les investisseurs. La BCE, qui se réunit jeudi 3 janvier, devrait pour sa part maintenir sa politique monétaire inchangée et s'abstenir pour l'instant d'ouvrir la voie à un relèvement des taux directeurs.

Double enquête administrative sur Orpea

Le gouvernement a annoncé mardi 1er février qu'il présenterait d'ici la fin du mois des propositions pour prévenir les maltraitances en Ehpad et qu'il lançait une "vaste opération de contrôle" au sein du groupe Orpea, accusé de graves dysfonctionnements. Le titre a repris 3,35% mais ses pertes cumulées depuis le début de l'année atteignent plus de 54%.

Suspension prolongée des activités de Carmat

Carmat a chuté de 17,08% à 13 euros, après avoir annoncé anticiper une reprise des implantations de son cœur artificiel en octobre. Elles ont été suspendues fin 2021 en raison de problèmes de "qualité".

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï