07/06/2019 23:18
La Bourse de Paris montait de 0,95% vendredi matin 7 juin, dans l'attente des chiffres de l'emploi aux États-Unis en mai, malgré la perplexité suscitée la veille par la réunion de la Banque centrale européeen.

>>La Bourse de Paris rebondit mais la prudence reste de mise
>>La Bourse de Paris ouvre près de l'équilibre
>>La Bourse de Paris stable en début de matinée
 

L'indice CAC 40 prenait 50,28 points à 5.328,71 points. Photo: AFP/VNA/CVN


À 09h24, l'indice CAC 40 prenait 50,28 points à 5.328,71 points. La veille, il avait fini en recul de 0,26%.

Les chiffres de l’emploi américain de mai, publiés à 14h30, "seront très surveillés" car ils "viendront confirmer ou non les très mauvais chiffres" d'un autre rapport sur l’emploi américain pour le même mois, qui avaient déçu, a rappelé Christopher Dembik, de Saxo Banque. Les créations d'emplois du secteur privé aux États-Unis se sont effondrées à 27.000 en mai contre 271.000 en avril, selon ce rapport publié mercredi 5 juin.

La réunion de la Banque centrale européenne (BCE) a par ailleurs laissé jeudi un sentiment mitigé aux investisseurs, car elle a repoussé à la mi-2020 le moment de relever ses taux d'intérêt, laissés depuis mars 2016 à leur plancher historique, tant les inquiétudes économiques s'accumulent en zone euro.

Malgré ce report, la BCE et son président Mario Draghi "ne se sont pas montrés aussi accommodants que certains investisseurs le prévoyaient", a souligné David Madden, un analyste de CMC Markets.

Du côté des valeurs, Sanofi gagnait 3,15% à 77,38 euros, dynamisée par la désignation du Britannique Paul Hudson pour succéder à Olivier Brandicourt à la direction générale. Paul Hudson dirigeait jusqu'ici la branche pharmacie du suisse Novartis,

Le secteur pétrolier profitait pour sa part de la hausse des cours du brut. TechnipFMC prenait 3,24% à 19,93 euros et Total 0,92% à 47,68 euros.

Soitec montait de 3,95% à 80,30 euros, porté par l'annonce de la signature avec Globalfoundries de plusieurs contrats d'approvisionnement à long terme pour ses plaques de 300 mm destinés aux produits de radiofréquence et d'intelligence artificielle et connectivité sur puce

Renault occupait par contre la dernière place sur l'indice CAC 40 avec une baisse de 0,67% à 52,25 euros, toujours sous le coup de l'abandon des discussions avec l'italo-américain Fiat Chrysler (FCA) en vue d'une fusion.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle