13/05/2020 09:31
La Bourse de Paris a légèrement baissé mardi 12 mai (-0,39%), les investisseurs cherchant la voie à suivre face aux incertitudes quant aux effets du retour à l'activité.
>>La Bourse de Paris rassurée par un signe de redressement en Chine (+0,51%)
>>La Bourse de Paris prend du recul (-1,11%) face aux mauvais chiffres macroéconomiques
>>La Bourse de Paris rebondit de 2,31%

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'indice CAC 40 a reculé de 17,72 points à 4.472,50 points, dans un faible volume d'échanges de 2,5 milliards d'euros. La veille, il avait fini en recul de 1,31%. La cote parisienne est restée légèrement dans le rouge depuis l'ouverture. "Le marché tient en dépit de chiffres affreux. Il reste extrêmement calme, dans très peu de volume", indique Jean-Jacques Friedman, directeur des investissements à Natixis.

La principale statistique du jour, à savoir "le chiffre de l'inflation aux États-Unis et son aspect déflationniste pèse sur la séance et montre que la crise est extrêmement profonde", souligne M. Friedman. Les prix à la consommation ont reculé de 0,8% en avril comparé à ceux enregistrés en mars aux États-Unis, soit la plus forte baisse mensuelle depuis décembre 2008.

Dans l'Hexagone, la mise à l'arrêt de l'activité pendant deux mois a coûté près de six points de produit intérieur brut à l'économie française, a estimé mardi 12 mai le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau. "Le marché consolide et cela fait un mois qu'il n'arrive pas à choisir son camp, ni à franchir de points significatifs" et "il est trop tôt pour se reprendre" face aux "risques de résurgence de l'épidémie qui donnerait un nouveau coup à l'économie" ajoute M. Friedman.

Les investisseurs attendent ainsi les résultats du vaste essai clinique à l'échelle européenne, Discovery, en espérant une bonne nouvelle, poursuit l'expert. La pandémie a fait plus de 286.000 morts sur la planète depuis son apparition en décembre à Wuhan, en Chine, où l'apparition de six nouveaux cas de contamination fait craindre une reprise de la contagion.

Emboîtant le pas à la France qui a levé partiellement le confinement lundi, la Russie a entamé un prudent déconfinement avec la réouverture dans plusieurs régions de certains commerces. L'Espagne, qui vient d'entamer un déconfinement également très prudent, va strictement limiter les entrées sur son territoire et imposer une quarantaine afin d'éviter l'importation de nouveaux cas de COVID-19. Sur le terrain des valeurs, STMicroelectronics (+3,90% à 23,70 euros) a enregistré la plus forte hausse du CAC 40.

Engie a, lui, été pénalisé (-4,30% à 9,34 euros) par des résultats en léger recul au premier trimestre, souffrant des premiers effets de la pandémie. CGG, qui a annoncé un plan d'économies et de réduction de ses investissements après avoir creusé ses pertes au premier trimestre sur fond de chute des cours du brut, a fondu de 12,4% à 1,04 euro.

À l'inverse, le groupe Iliad a progressé de 4,05% à 146,35 euros. La maison mère de l'opérateur Free conserve ses objectifs à court et long terme malgré la crise sanitaire, dont l'impact est resté "limité" au premier trimestre avec un chiffre d'affaires en hausse de 6,9%.

AFP/VNA/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Partons sur les sentiers du Vietnam avec Capannam ! Les merveilles du Vietnam s’appréhendent en douceur avec l’aide de tous nos passeurs. Ils font le lien, ils ouvrent des portes et des coffres remplis de trésor.