17/12/2018 22:09
La Bourse de Paris restait légèrement timorée le 17 décembre (-0,26%) en attendant les chiffres définitifs de l'inflation en zone euro pour novembre, sur fond d'interrogations sur l'économie mondiale et de nombreuses thématiques politiques.
>>La Bourse de Paris en hausse de 0,93%
>>La Bourse de Paris flanche à son tour après Wall Street (-1,41%)
>>La Bourse de Paris renoue avec la baisse (-0,75%) en l'absence des États-Unis

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril. Photo: AFP/VNA/CVN

À 09h42, l'indice CAC 40 perdait 13,28 points à 4.840,42 points. Vendredi 14 décembre, il avait fini en net repli (-0,88%) à 4.853,70 points. Selon des chiffres provisoires, la hausse des prix en zone euro avait ralenti en novembre à 2%, chiffre conforme à l'objectif fixé par la BCE et aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset.  Par ailleurs, les investisseurs auront "du mal à faire l'impasse sur les thématiques qui agitent de plus en plus les marchés ces dernières semaines, de la guerre froide économique sino-américaine au Brexit, en passant par le budget italien", estiment des analystes.

Le gouvernement italien a proposé mercredi 12 décembre de ramener son déficit public à 2,04% du PIB en 2019, au lieu de 2,4%, dans l'espoir de mettre fin au bras de fer sur son budget avec l'Union européenne et d'échapper à une procédure d'infraction. Mais le commissaire européen Pierre Moscovici a jugé cet effort insuffisant. Autre impasse, "le Brexit est encore au programme et le gouvernement semble divisé sur les possibles issues. L'accord de Theresa May est impopulaire, tout comme l'idée d'un +non-accord+ ou d'un second référendum", note David Madden, analyste chez CMC Markets.

En même temps, "en France, il est clair que les protestations ont des répercussions économiques négatives", souligne l'analyste. Le déficit budgétaire français devrait se creuser légèrement en 2019 et atteindre 3,2% du Produit intérieur brut en tenant compte des mesures prises face à la crise des gilets jaunes, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe.

Par ailleurs, les doutes entourant les relations commerciales entre Washington et Pékin persistent. Il y a deux semaines, le président américain et son homologue chinois ont décrété une trêve dans la guerre commerciale qu'ils se livrent depuis des mois. Washington et Pékin se sont donné jusqu'au 1er mars pour négocier un accord commercial, faute de quoi le conflit entre les deux puissances repartira de plus belle.

Le titre Vinci évoluait à l'équilibre (-0,03% à 73,54 euros), après avoir évalué à "plusieurs dizaines de millions d'euros" le montant des dégâts commis sur l'ensemble de son réseau autoroutier lors des manifestations des "gilets jaunes" depuis un mois. L'action Engie avançait de 0,46% à 12,97 euros après que le gouvernement lui a demandé de prendre des mesures pour éviter une augmentation de ses tarifs réglementés jusqu'à la fin du mois de juin 2019. Les valeurs pétrolières se repliaient: TechnipFMC (-3,64% à 17,72 euros) et CGG (-2,70% à 1,12 euro).

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

La zone du patrimoine de Huê sera ouverte gratuitement pendant le Têt Pendant les trois jours du Têt du Cochon 2019, soit entre le 5 et 7 février, la visite sera gratuite pour tous les sites qu'abrite l’ancienne Cité impériale de Huê, selon le Centre de préservation des vestiges de l'ancienne Cité impériale de Huê.