25/06/2018 16:01
La Bourse de Paris évoluait dans le rouge lundi matin 25 juin (-0,68%) sur fond de craintes ravivées du marché face à la guerre commerciale entre les États-Unis et ses partenaires chinois et européens.
>>La Bourse de Paris finit sur un rebond, dopée par le pétrole
>>La Bourse de Paris mal orientée, résurgence des tensions commerciales

La Bourse de Paris ouvre en recul sur fond de craintes de guerre commerciale entre les États-Unis, l'Union européenne et la Chine. Photo: AFP/VNA/CVN

À 09h30 (07h30 GMT), l'indice CAC 40 perdait 36,43 points à 5.350,95 points. Vendredi 22 juin, il avait fini en nette hausse de 1,34% à 5.387,38 points. Cette ouverture en baisse s'inscrit dans le sillage d'informations de presse selon lesquelles le président Donald Trump souhaiterait interdire certains investissements d'entreprises chinoises dans des sociétés technologiques américaines, selon les experts de Mirabaud Securities Genève. La Maison blanche prévoit, selon plusieurs sources internes connues de Bloomberg, une série de mesures permettant de considérer toute prise de participation chinoise dans des entreprises américaines du secteur des technologies comme des menaces pour la sécurité du pays.

Cette loi à caractère urgent devrait être dévoilée vendredi dans un rapport du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. Ainsi, "les tensions commerciales vont demeurer au cœur des débats", ont souligné les analystes du courtier Aurel BGC. En outre, la prudence restait de mise, après les menaces de Donald Trump d'imposer une taxe douanière de 20% sur les automobiles importées de l'Union européenne, en réponse à l'entrée en vigueur de droits de douane additionnels en Europe sur des dizaines de produits américains.

"Les investisseurs ont vu comment les choses se sont rapidement aggravées entre Washington et Pékin, il est donc probable que nous verrons quelque chose de similaire avec Bruxelles", a indiqué de son côté David Madden, un analyste de CMC Markets.  "Donald Trump a menacé d'imposer des taxes seulement sur les voitures européennes, il s'agit clairement d'une tactique pour obtenir une concession de l'Eurogroupe", a-t-il ajouté. Du côté des indicateurs, l'agenda s'annonce clairsemé. Les investisseurs prendront connaissance du baromètre Ifo du moral des entrepreneurs en Allemagne pour le mois de juin.

Dans l'après-midi, ils découvriront les ventes de logements neufs aux États-Unis en mai. En matière de valeurs, Air France-KLM reculait de 1,84% à 7,56 euros. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a souhaité dimanche que le nouveau PDG du groupe soit désigné dès juillet, en soulignant que le directeur financier de Veolia, Philippe Capron, évoqué pour le poste n'est qu'"un candidat parmi d'autres". Le secteur automobile, dans le viseur de Donald Trump, était mal orienté. Renault perdait 1,93% à 75,24 euros, Peugeot 0,98% à 20,25 euros, Michelin 0,83% à 107,45 euros et Valeo 0,71% à 50,34 euros.

Le secteur pétrolier évoluait également dans le rouge, dans le sillage du recul des prix du pétrole après un accord de compromis conclu par l'OPEP pour augmenter la production. TechnipFMC lâchait 2,39% à 27,35 euros, Total 0,29% à 52,33 euros et Vallourec 2,13% à 5,15 euros. Rexel profitait (+3,22% à 13,15 euros) d'un relèvement de sa recommandation à "acheter" par HSBC.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).