02/07/2022 15:26
La Bourse de Paris a pris 0,14% vendredi 1er juillet, à l'issue de la première séance du semestre, après six premiers mois très mauvais, les craintes d'une une récession rendant les investisseurs réticents à prendre des positions avant la période des résultats d'entreprises.
>>La Bourse de Paris finit en petit repli
>>La Bourse de Paris conclut sa pire semaine en deux mois
>>La Bourse de Paris en petite hausse de 0,41% avant la BCE

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris.

Photo : AFP/VNA/CVN

L'indice vedette CAC 40 a gagné 8,20 points à 5.931,06 points.

Il termine la semaine en baisse de 2,34%. Depuis le premier janvier, le recul s'élève à 17,08%.

La cote parisienne a débuté en nette baisse, vers les 5.850 points, avant de rebondir assez fortement pour revenir à proximité des 6.000 points. Mais la publication de la croissance de l'activité manufacturière aux États-Unis en juin, la plus faible depuis juin 2020, a brisé cet élan.

"Les craintes du marché se tournent de l'inflation vers la croissance", analyse Frédéric Rollin, spécialiste de l'investissement chez Pictet.

Sur l'inflation, même si la hausse des prix a battu un record dans la zone euro, à 8,6% sur un an en juin, des signaux sont positifs à moyen terme, a-t-il relevé. Il cite notamment le recul du prix de certains métaux, comme le cuivre, ou du prix du transport maritime.

Cela a fait reculer les anticipations d'inflation à long terme dans la zone euro de 2,5% à 2,04% vendredi 1er juillet, pointe-t-il.

À l'inverse, "les indicateurs avancés sur la croissance ne sont pas bons", avance M. Rollin.

Outre celui sur l'activité manufacturière aux États-Unis publié vendredi 1er juillet, deux enquêtes sur le moral des consommateurs américains en une semaine ont effrayé les investisseurs, les consommateurs se montrant très pessimistes sur les mois à venir.

Ce climat faisait notamment baisser les taux d'intérêt sur le marché obligataire, les investisseurs cherchant la sécurité des rendements dans les emprunts d'États. Le taux français pour l'emprunt à 10 ans a reculé de 12 points de base, à 1,791%, son plus bas niveau depuis début juin.

Capgemini dément des rumeurs d'interêt sur Atos

Le géant informatique français Capgemini (-1,04% à 161,75 euros) a encore démenti vendredi 1er juillet être intéressé par son concurrent Atos (-0,90% à 12,67 euros), en difficulté, "malgré les rumeurs qui circulent actuellement".

Méga-commande pour Airbus en Chine

Malgré un trafic aérien paralysé en Chine par la pandémie, les besoins restent immenses: quatre compagnies aériennes chinoises ont annoncé vendredi 1er juillet passer une méga-commande de 292 avions monocouloirs de la famille A320 à Airbus.

Le titre a bondi de 3,02% à 95,24 euros, et a entraîné dans son sillage Thalès (+2,65% à 120,15 euros), et dans une moindre mesure Safran (+0,94% à 95,10 euros).

Sodexo confirmé

Le groupe de restauration collective et de services Sodexo a pris 4,06% à 69,78 euros, après avoir confirmé ses perspectives en publiant un chiffre d'affaires en hausse de 23,2% au troisième trimestre de son exercice décalé 2021/2022, et annoncé réorganiser sa gestion opérationnelle.

Elior en a aussi profité (+3,49% à 2,19 euros).

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï